Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 07:01
     Combat : Qu'il soit interne (entre moi et moi) ou externe (entre moi et l'autre ou entre moi et eux), il est l'expression d'un obstacle dans l'évolution d'une situation.
     Les protagonistes, peu ou pas conscients d'être "partenaires", n'arrivent pas à s'accorder sur les moyens à mettre en oeuvre pour le dépasser ou l'effacer.
    Ce n'est pas le pot de terre contre le pot de fer. Car le pot de terre doit pouvoir être intégré au pot de fer pour que la plante s'épanouisse dans la chaleur du pot de terre et sous la protection du pot de fer.
     
Quelques combats, entre moi et moi :
      -  Sentiments simultanés d'auto-dévalorisation et d'être victime d'injustices 
      -  Se sentir simultanément opérationnel et inutile
      -  Se reconnaitre simultanément impuissant et responsable  
      -  Devoir servir des intérêts divergents entre sa conscience et ses engagements...
      Souvent, la solution temporaire adoptée se traduit pas une maladie qui génère un lâcher-prise, recul indispensable pour accéder à une vision panoramique qui permet de découvrir des moyens ou des solutions que la vision zoomée (exclusivement ciblée sur la problématique) exclue.
    
 "Quand on ne trouve plus aucune signification à la souffrance, la guérison est immédiate" 
Le mot "immédiat" est, à mon avis, une expression résumée. Je dirais plutôt
"le processus de guérison est amorçé."

      Le plus difficile est "de ne plus trouver de signification à la souffrance" qui nous permet, de façon plus ou moins conciente, de voir reconnu par les autres le mérite qui nous revient, ne serait-ce qu'en tant
qu'ancien combattant.
      Ne plus trouver de signification à la souffrance
c'est n'avoir pas besoin du regard et de l'opinion présumée des autres pour s'estimer et s'aimer tout autant que l'on est capable de respecter ou (et) d'aimer l'Autre qu'il soit prochain ou lointain, en apparence.
Et ne pas évoquer d'autre alternative que celle qui implique que la réciproque est vraie.
 
Facile à dire. Mais comment faire ?
Surtout si nous avons protégé par l'armure de l'inconscient
ces souvenirs qui, inscrits dans notre mémoire cellulaire, se manifestent anarchiquement.
Ils se comportent, comme le feraient des enfants qui se sentent rejettés ou oubliés,  pour que l'on s'intéressent à eux afin de leur permettre de grandir et d'arriver à la sublimation, suprême étape de leur épanouissement. 

Ces souvenirs, qui sont-ils ? D'où viennent-ils ?
Ne cherchez pas leur source dans le vécu mais dans le "retenu". 
Une épreuve que l'on n'a pas ressentie avec souffrance ne fera pas partie de nos "soldats révoltés"
Une histoire qui ne nous concerne pas directement mais qui nous a marqués, oui. 
      La souffrance et la colère réminiscentes de grand-père qui nous a raconté ...  peut en être. 

Doit-on en déduire qu'il est indispensable d'aller à la chasse de ces passés pour les débusquer de leurs cachettes et les contraindre à nous affronter face à face ? Vu l'évolution de nos armes (médications), on n'en fera qu'une bouchée...
Je ne le crois pas. Ce n'est pas une organisation de guerre qu'ils ont mis en place, mais de guérillas.
Ils se cacheront et, quand vous les croirez neutralisés, ils se manifesteront à nouveau.

Ces passés sont inhérents à nos perceptions, elles-mêmes filtrées par nos anciennes croyances.
Apprenez à explorer vos croyances (pas vos souvenirs), à en découvrir de nouvelles à la lumière des expériences vécues ou observées ici et là, et votre nouveau regard autorisera vos "ex-ennemis intimes" à sortir de  leur résistance (à votre bien-être) car vous leur aurez rendu leur juste place dans votre identité, celle qui leur reconnait la richesse qu'ils vous ont apportée, leur rôle d'enseignants ou d'accompagnants, la nature exacte du partenariat d'où ils émanent et la sympathie des partenaires qui ont fait ce qu'ils ont pu avec leurs moyens.
Les oies du Capitole ne pouvaient mordre les envahisseurs mais elles ont éveillé les défenseurs et sauvé les assaillis. 
 
A bientôt

Françoise-L. 
      
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche