Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 09:20

Tel a été le sujet choisi lors du café Philo organisé par Alain.

 

Alors quel sens donne-t-on au verbe "Aimer" ?

- Est-ce que " Agir pour le bien de l'Autre " = Aimer ?

- Est-ce que "Souffrir de l'absence de l'Autre " = Aimer ?

- Est-ce que "Se réjouir de la joie de l'Autre" = Aimer ?

- Est-ce que " Offrir sa vie pour l'Autre" = Aimer ?

    Si, à ces questions, on répond "Oui" il suffit de remplacer "l'Autre" par "Soi-même" pour voir si la réponse demeure affirmative.

   Si on répond Oui, pour l'Autre, et Non pour Soi, cela me parait la résultante d'un raisonnement sophiste qui présume que l'Autre a besoin de moi, mais pas réciproquement.

   En fait, nos forces et nos faiblesses sont tout autant utiles à notre lien social générateur de joies, si nous retenons que le monde dans lequel nous évoluons n'est pas absurde (sophisme) mais paradoxal.

 

 Gérard, relativement révolté par rapport aux enseignements religieux (religion = lien) soulève alors que "l'amour de soi" lui parait une expression privée de sens et que ce sont les Religions, et en particulier le Catholicisme, qui ont inventé cette expression, pour promulguer que chacun pour s'aimer, ne peut s'aimer qu'en Dieu.

 Ainsi en passant par l'infini opposé, il m'a semblé arriver à la conclusion évidente.

 

 Effectivement, si on considère que nous sommes chacun formé d'un groupe de particules de matière isolées, les sentiments que l'on éprouve ne peuvent être que des sensations fugaces, comme le chaud ou le froid, réactions au climat (dans tous les sens du terme) extérieur, et donc variant suivant celui-ci.

Or, l'observation ne confirme pas cette hypothèse.

Certains sont joyeux dans des situations ou d'autres seraient désespérés.

Mais encore les mêmes peuvent passer d'un état à l'autre, alors que la situation n'a pas changé.

 

Si par contre on retient que le monde est Paradoxal, comme le sommeil, par exemple, on constate, avec le Poète Victor HUGO, qu'à l'extrême faiblesse de "l'enfant qui parait, le cercle de famille Applaudit à grands cris".
Son doux regard qui brille  Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,  Innocent et joyeux".

 

Et même le ronronnement du petit chat ou les fêtes du petit chien ne nous éclairent-elles pas le regard un instant, tout le reste demeurant inchangé, par ailleurs ?

 

Ne serait-ce pas la preuve que les Uns sont des miroirs "magiques" des Autres et réciproquement.

Alors comment pourrait-on envisager de se trouver aimable si dans le miroir nous apparaît le contraire.

 

En fait, partant du principe que la conjoncture a aussi ses propres responsabilités et ses droits nous ne pouvons pas contester que nous avançons en Alliance avec la Vie.

Le meilleur agriculteur ne pourra garantir sa récolte, en faisant l'impasse sur le climat, ne serait-ce que pour s'équiper en conséquences.  
La Vie c'est en quelque sorte la représentante de nous tous.

On conçoit alors que notre épanouissement personnel est favorable à l'ensemble et qu'il en est de même pour chacun.

Or qu'est-ce qui nous épanouit : Faire ce que l'on aime, ce pour quoi nous avons reçu des talents en graines et qu'il nous (à tous) revient de cultiver pour en partager les fruits.

Ce partage, qui répond à notre besoin de reconnaissance, peut nous donner l'illusion de tenir plus au bonheur que l'on apporte qu'à notre propre contentement, mais donne aussi parfois l'impression inverse par le contentement éprouvé et ayant sa source chez l'autre.

 

Se reconnaître en Alliance avec la Vie, me semble un préalable incontournable à aimer l'Autre et aussi Soi-même...

Cela nous apporte la Confiance qui rapproche alors que la peur éloigne ou étouffe (envahit).

 

Nos ancêtres ont parfois eu besoin de l'identifier en l'appelant Dieu comme si ce Dieu était extérieur à notre communauté des humains... Même si les textes "sacrés" affirment le plus souvent que Dieu est en nous, comme nous sommes en lui (Au niveau de la Vie, c'est beaucoup plus évident).

Ils refusaient "l'absurde" de cette hypothèse et n'avaient pas encore trouvé la qualification "paradoxale" qui leur aurait permis de l'accepter et non d'en "mécaniser"la répétition comme une mélodie aparolée. 

Puis les religieux soignant, aidant, ont été relayés par des administrations laïques, ce qui a permis d'universaliser à tous les humains leurs services. 

C'est un simple signe d'évolution de notre civilisation dont l'expression est appelée culture.

 

Mais ce qui évolue c'est notre compréhension, notre interprétation de la carte du monde, pas le territoire qu'elle représente (PNL) encore appelé Réalité.

 

Partant de cet axiome, ne pas aimer une personne (ne pas participer à son épanouissement alors qu'elle est sur mon chemin) serait défavorable à la Vie et à tous. Que cette personne soit l'Autre ou moi-même.

Comme la Vie est notre partenaire et est plus puissante que l'individu, elle ne m'en laissera pas la possibilité.

Et elle risque fort de me bousculer jusqu'à ce que je découvre nos attentes communes, si c'est le seul moyen qui reste à sa disposition, les autres, plus agréables, pour elle et nous, n'ayant pas abouti.

 

D'où l'importance d'accepter nos talents et de les exercer joyeusement !!!

 

A bientôt

Françoise

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> suite com.<br /> <br /> <br /> <br /> - Est-ce que " Offrirsa<br /> vie pour l'Autre" = Aimer ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Il est facile d’offrir ce qu’il nous a été donné, à condition de reconnaître en soi, ce qui a été donné, c'est-à-dire : Tout. Difficile à avaler de prime abord pour le moi individuel et<br /> individualiste, donc ceci est avec humilité à réfléchir par l’inversion du miroir mental, la méditation sur et en « CE QUI EST » (voilà qui est « lâché » lol) en l’illuminant<br /> littéralement, car tourné vers le Divin, la voie directe, l’origine. L’on peut musarder en chemin tant qu’on le désir, rien n’y fera, le passage secret sera trouvé à l’instant propice, selon les<br /> souhaits de l’être concerné, de l’âme. Il n’est pas question ici de jugements bien sûr, mais de constatations expérimentées en direct, ce qui en fait leur force.  **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Le monde avant d’être paradoxal car duel, est surtout incompris quad à sa causalité, il est temporel, pure création, en perpétuel changement et pour cause, relatif et comble de surprise :<br /> « DIVERTISSEMENT » créateur. Se perdre en ses créations pour mieux se retrouver. (Voir par analogie la parabole du fils prodigue où il est fait allusion à ce phénomène entre autre<br /> enseignement, ainsi que dans la Bhâgavata Gîta)**<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> A propos de soi et du SOI, de religion, il y a eu amalgame, d’où cette incompréhension. Il y a le moi-soi personnel et le SOI Divin immanent et resplendissant, la cause de tout ce qui existe<br /> divinement. Il n’y a pas de quoi en faire un plat, mais à investiguer sans préjugés.<br /> <br /> <br /> <br /> L’on n’est pas du tout obliger de croire en Dieu pour qu’il existe. Pour ma part je me place dans l’expérience. Je ne crois pas en Dieu, je le reconnais, comme IL me connait, IL est ce que JE<br /> SUIS, comme je suis ce qu’il est, en nous et autour de nous et pourtant en dehors (le paradoxe des apparences par rapport au projeté : le monde et ses habitants, et ce qui est de<br /> l’éternel : inchangeable). **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> Ne serait-ce pas la preuve que les Uns sont des miroirs "magiques" des Autres et réciproquement.<br /> <br /> <br /> <br /> Alors comment pourrait-on envisager de se trouver aimable si dans le miroir nous apparaît le contraire.<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Solution proposée dans la configuration du miroir<br /> <br /> <br /> <br /> Nous avons entière liberté de ne pas être ce que nous ne souhaitons pas, c’est encore plus enrichissant pour l’autre nous même dans le Tout. Exemple : Une personne faisant l’expérience de la<br /> tristesse ou de la dépression, aura un appui beaucoup plus efficace si nous n’entrons pas dans sa plainte, son énergie refermée, et nous posons en notre centre tranquille et calme pour<br /> l’accompagner et lui apporter une alternative, des alternatives.<br /> <br /> <br /> <br /> Il est de notre avenir et de notre conscience de changer avec la vie, dans son courant sans cesse en mouvement, avec joie, de collaborer avec, afin d’en tirer le meilleur. Le renfermement sur soi<br /> est une antithèse de ce que la vie représente : le changement évolutif, même si de notre point de vue limité cela n’est que peut perceptible, il est des projets à l’échelle cosmique, qui<br /> donnent à réfléchir, quant à notre position dans l’uni<br />
Répondre
V
<br /> <br /> Com entre **…** Peut-on aimer les autres sans s'aimer soi-même<br /> ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> Alors quel sens donne-t-on au verbe "Aimer" ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Ce qui va être dit ici devra être vu dans ce que le mental s’est retourné vers sa Source, afin d’en redevenir réflexion, apportant alors un nouveau paradigme dimensionnel de l’être humain en<br /> chemin vers sa « complétude ».<br /> <br /> <br /> <br /> Il n’y a pas vraiment de sens à donner à ce qu’est aimé. L’Amour est une Source dans laquelle l’on peut plonger, en se plaçant hors du doute et des illusions qui porte à croire ce qu’est être<br /> aimé.<br /> <br /> <br /> <br /> Comment devenir « Amour » ?<br /> <br /> <br /> <br /> Nous le sommes déjà, mais l’esprit séparé,, projeté dans le monde, les monde, l’a perdu en route. L’on peut en rire, car il y a forcément ici jeu : Perdre un trésor pour mieux le retrouver.<br /> **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> - Est-ce que " Agir pour le bien de l'Autre " = Aimer ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **La conscience du bien commun, du Tout est primordiale. S’aimer soi-même, aimer l’autre en soi-même, aimer l’autre comme soi-même, s’oublier soi-même en l’autre, aimer l’autre soi-même en SOI.<br /> Quand le « moi » s’efface, aimer reste. Belle arithmétique ma foi. Il n’y aurait donc pas à agir en soi-moi, mais à laisser faire en « l’être ». Hum…Tâche ardue pour<br /> « mental ».  **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> - Est-ce que "Souffrir de l'absence de l'Autre " = Aimer ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Non, l’autre étant devenu soi-même, il n’y a pas d’absence proprement dite, mais des impressions de « mémoires » imprimées dans des véhicules d’expressions, qui s’en sont emparés et<br /> ont du mal à s’en défaire, par réflexes d’appartenance. **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> - Est-ce que "Se réjouir de la joie de l'Autre" = Aimer ?<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> **Oui, tout à fait, car il est de la conscience de s’en revêtir naturellement en laissant venir cette effusion en notre esprit, en partage. C’est une façon et belle de devenir UN l’espace d’un<br /> instant ou plus. **<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br />
Répondre
V
<br /> Il n'est pas possible dans la Réalité de la vie d'aimer les autres, s'en aimer ce qu'il y a en soi et l'ayant découvert.<br /> <br /> <br /> Je vais repartir sur les paroles de Jésus: "Aimez-vous les uns les autres comme Dieu vous aime". <br /> <br /> <br /> Selon des investigations menées avec l'émergence du Maître intérieur, il se trouve des révélations sur la Source de toutes choses, de tous les êtres qu'il existe certains principes<br /> inhérents à cette Même Source, qui sont 1. L'Amour 2. la liberté 3. le libre arbitre 4. les choix.<br /> <br /> <br /> Le Maître intérieur se révèle dans l'espace du coeur par tout un processus lié à l'investigation et à la méditation pour ma part. En fait nous avons tous l'accès possible à cette Présence<br /> en nous, lorsque nous y consentons et que notre aspiration intérieure via l'âme est assez intense pour littéralement aspirer le Divin en nous. cette Présence est lumineuse et est bénédiction.<br /> Elle est en autre un rayonnement de l'Amour Divin innée et de sagesse. La confiance et la sincérité sont les vecteurs principaux à ces révélations. <br /> <br /> <br /> Le regard change alors, car l'on prend clairement conscience, que du point de vue de la Source, l'autre est un autre nous même qui fait l'expérience du créé.<br /> <br /> <br /> Suite au prochain N° , car pris par le temps. <br /> <br /> <br /> Namasté<br />
Répondre
P
<br /> <br /> L'Amour, La liberté, Le libre arbitre, Les choix !<br /> <br /> <br /> Quand on ressens que l'on dispose de toutes ces ressources, effectivement on vit déjà dans l'antichambre du paradis.<br /> <br /> <br /> Toutefois je crois qu'en tant qu'humain nous avons parfoisl'impression qu'il nous manque quelques uns de ces ingrédients -au pire, tous - pendant certaines périodes. Seraient-ils effacés?<br /> seraient-ils réfugiés dans l'ombre de nous-même ?<br /> <br /> <br /> C'est là qu'il nous faut rencontrer un regard qui nous éclaire et nous permette de retrouver la confiance en soi, en les autres et en la Vie.<br /> <br /> <br /> Cordialement<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Je t'ai suivi avec grand plaisir dans cette démonstration si juste qui  rejoint la formule<br /> <br /> <br /> " aime ton prochain comme toi même" que je précise en disant " comme contient deux aime"<br /> <br /> <br /> c'est d'une réciprocité qu'il s'agit, un élan de Vie.<br />
Répondre
P
<br /> <br /> Je te remercie Lise.  Une fois de plus nos visions se rejoignent.<br /> <br /> <br /> Et j'ajouterai qu'une fois toi-même et le prochain réunis ajoutons, dans ce pôle affectif, le lointain...dans l'espace et le temps. <br /> <br /> <br /> Pensées amicales<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche