Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 14:34
Il y a celui qui décide, le Maitre, et celui qui exécute, le Serviteur.
Le Maitre respecte le serviteur et le récompense.
Le serviteur applique les directives reçues du Maitre qu'il estime.
Le Maitre et le Serviteur vivent dans le même Palais mais ni l'un ni l'autre ne sont le palais.

Le Divin en toi, est le Maitre
Ton Esprit, ou Ego, est le serviteur
Ton corps est le Palais.

Pour que le serviteur accomplisse joyeusement et efficacement sa mission il est indispensable qu'il se sache l'allié (au sens de disciple)du Maitre et non l'esclave (ou exploité)
Pour que le Palais soit agréable à vivre il faut que le serviteur trouve son épanouissement personnel dans l'exercice de ses fonctions.
Alors, je ne peux pas plus comprendre ceux qui confient à l'Ego le pilotage de leur vie que ceux qui proclament qu'ignorer l'Ego - manque de respect évident - est une preuve de sagesse.

Françoise A-M

 
Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Methode ACC - Axiomes
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 11:12

2ème Etape de la Méthode ACC :   Nos qualités sont nos outils 


      
La 1ère étape nous a permis d’éveiller notre volonté,
La 2ème  étape est destinée à conforter notre confiance en des valeurs qui nous sont propres et que nous identifions parfois comme des handicaps.

      En effet il est souvent plus facile de reconnaître des aptitudes dont on subit les effets, faute de ne les avoir pas employées à bon escient, que de situer nos ressources qui, correctement utilisées, servent humblement notre équilibre et dont nous oublions l’existence.  « L’air retient l’attention quand il est pollution »

      Nos qualités, comme des serviteurs zélés, demeurent invisibles en contribuant au bon déroulement des évènements pour lesquels nous les faisons intervenir. 
           Ce que nous appelons "défauts" ne sont que leurs dysfonctionnements, dus à leur utilisation non appropriée.  En effet,  chaque qualité a sa spécialité, si l’on peut dire. Il convient donc de confier, avec discernement, à chacune, les responsabilités qui correspondent à ses compétences.   

     Si vous demandez au maçon de préparer le repas et au cuisinier de monter un mur vous n’obtiendrez de satisfaction ni dans un domaine ni dans l’autre. 
          C’est à l’image de ce qui se passe quand vous utilisez une de vos qualités non pas parce que vous en avez besoin dans son domaine mais parce que c’est celle qui vous est la plus familière ou qui vous paraît la plus économique en monnaie d’effort personnel. 
          Ce peut être aussi parce que vous ne pensez à  recruter que dans la zone éclairée de vous-même  alors que celle qui devrait intervenir sommeille dans votre ombre. J’ai lu approximativement cette phrase que je vous offre ou vous rappelle : « Tiens, vous avez perdu vos clefs sous ce réverbère ? Non mais c’est là que je les cherche car, à cette heure,  c’est le seul endroit éclairé. »

      Revenons donc à la démarche évoquée au début du paragraphe ci-dessus et déterminons deux « défauts », ou handicaps recensés par projet, puis convenons de les exprimer sous leur forme qualité :

       Par exemple : « Précipitation » deviendra : Spontanéité                        

                             « Obstination »  deviendra : Patience,  

      Etc.

       Je vous conseille de procéder ainsi pour les comportements que vous regrettez et de les requalifier à la lumière de votre nouveau regard.

Admettons que vous ayez sélectionné comme projets :

- Le premier d’ordre familial : moi et mon contexte familial

- Le deuxième d’ordre financier, moi et mon contexte ressources

- Le troisième  d’ordre créatif, moi et ce que je veux obtenir (mon physique ou mes créations artistiques etc.)

Imaginons que vous ayez retenu les handicaps ci-après :

/1er projet :      Manque d’autorité – Réactions de colère

/2ème projet :   Timidité – Manque d’opportunisme

/ 3ème projet :   Impatience – Instabilité

Dans un premier temps nous définirons le coté pile des cotés face observés :

Manque d’autorité                   Pourra devenir     Sociabilité

Réactions de Colère                Pourra devenir     Réactivité

Timidité                                   Pourra devenir     Humilité   

Manque d’opportunisme          Pourra devenir     Authenticité

Impatience                               Pourra devenir     Spontanéité

Instabilité                                 Pourra devenir     Flexibilité 

 

Ensuite, nous ne garderons pas sur un projet les compétences qui, ne lui étant pas appropriées, s’étaient dénaturées mais seulement celles qui, à leur place, s’avéraient, pour notre conscience,  transparentes.

      Et puis, nous ferons le pari que les qualités que nous avons retirées du domaine, où elles étaient incompétentes, se révèleront efficaces dans le cadre des autres projets qui nous tiennent à cœur :

      On retiendra alors : 

- Pour le Projet Familial : Humilité, Authenticité, Spontanéité et Flexibilité

- Pour le Projet financier ou professionnel : Sociabilité, Réactivité, Spontanéité et Flexibilité

- Pour le Projet d’ordre créatif : Sociabilité, Réactivité, Humilité et Authenticité.

 

Déjà, à la lecture des qualités que vous savez posséder et que vous avez recensées pour servir vos trois  projets, vous réaliserez que ceux-ci sont adaptés à vos aptitudes donc à l’épanouissement de votre identité.

A présent, il convient d’imaginer, pour chaque projet, un scénario qui fait intervenir vos prédispositions ci-dessus et qui exprimera comment celles-ci  participeront aux réussites que vous attendez.

Cette démonstration n’est qu’un modèle. Il se rapporte à des projets d’ordre général.   En la matière on peut proposer les scénarii suivants :

 

1)      Projet familial (utilisant : humilité, authenticité, spontanéité et Flexibilité)

Dans le contexte de mon entourage familial, mon humilité me permet de concevoir que les intérêts de tous soient d’importance équivalente et que les qualités de chacun ne sont pas à classer suivant un ordre hiérarchique qui valoriserait les unes plus que les autres.

Mon authenticité donne à mon entourage la connaissance de mes attentes et un encouragement à exprimer les siennes. Ma flexibilité me permet de concevoir l’adaptation de nos différences comme des complémentarités et ma spontanéité donne du tonus à notre foyer.

 

2)      Projet financier ou professionnel (utilisant : Sociabilité, Réactivité, Spontanéité et Flexibilité) 

Ma sociabilité facilite le travail en équipe ou l’acquisition de relations partenaires, ma réactivité me permet de voir les occasions qui passent et ma spontanéité de les saisir à temps.

   Ma flexibilité me permet d’ajuster mon action en fonction de l’évolution conjoncturelle.

 

3)      Projet d’ordre créatif (utilisant : Sociabilité, Réactivité, Humilité et Authenticité)

Ma Sociabilité me permet de communiquer, donc de partager l’essence de ma création, ma réactivité aux contextes, que ce soit la beauté d’un lieu ou l’émotion générée par une situation, favorise mon inspiration. Mon humilité me permet d’évaluer le niveau de perfectionnement atteint et s’il est satisfaisant ou si je dois persévérer pour qu’il le devienne, mon Authenticité est le garant de mon investissement personnel donc de ma créativité.

 

Pour chacun des 3 projets : ne pas oublier de conclure en recopiant ce que vous aviez évoqué, lors de la 1ère étape, et qui concernait votre alliance avec la Vie : A savoir les effets favorables aux Autres générés par la réussite de vos objectifs.  

 

 

 

Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Méthode ACC -Développement
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 12:51
         "Je pense donc je suis" :  J'ai pensé, pour DESCARTES, et j'en ai déduit : Il évoque le verbe ETRE
Ensuite j'ai pensé pour moi ...et j'ai constaté que ma pensée était le préliminaire de mes choix et que mes choix étaient de SUIVRE telle ou telle intuition...
          Alors, je me suis demandé jusqu'à quel point on pensait juste ou faux quand on pensait pour l' Autre ?
Déjà que pour soi-même ce n'est pas toujours évident!
          Constatations déprimantes : En extrapolant mes gôuts et mes répulsions j'ai offert mes cadeaux qui ne trouvaient en écho que l'accueil de ma présumée bonne intention et j'ai offert des mots doux que certains ont trouvé amers.
          Constation reprimante : J'ai compris, en voyant chanter joyeusement des mal-voyants que, si j'avais pensé pour eux, j'aurais encore fait faux et que je me serais accordé un "instant souffrance",  tout autant inutile que contagieux. 
         Que celui qui n'a jamais pensé faux pour l'autre, se réjouïsse ou se désole. .. Dès qu'il aura su répondre à la question : C'est qui l'Autre?   Vous me suivez ?   
          Quelle importance. Ne suivez pas, marchez côte à côte,
Soyez !   
          De temps en temps Soyez l'épaule, de temps en temps Soyez la tête appuyée sur l'épaule... l'essentiel demeure le contact..  visuel, auditif, charnel ...  Ne demeurez pas insensibles mais soyez de tous vos sens et acceptez comme une limite personnelle ce qui vous parait insensé...

         C'est de cette manière que l'on apprend à choisir la confiance qui, comme la pratique du  vélo, s'entretient mais ne s'oublie pas.


          Françoise-L. A-M
Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Methode ACC - Questions -Réponses
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 12:32

                      Cette réflexion fait suite à une conversation à laquelle je vous invite :

                      Une amie était en souffrance à cause d'une situation qu'elle estimait futile, surtout en comparaison avec ce que vivaient simultanément des amis qui venaient de perdre un être cher.
                      Elle culpabilisait car elle n'arrivait  pas à modifier son ressenti, au moins à dénaturer le motif de sa tristesse.
                      En fait, la réponse est dans la reconnaissance de notre condition humaine :
                      Cette condition est incontestablement visible au niveau de notre composante corporelle : nul ne culpabilise ou n'accuse celui qui, en proie à une douleur dentaire aigue, qui ne présente aucune gravité d'ordre vital, crie ou pleure ou s'évanouit ou... exprime une autre manifestation clinique tout à fait disproportionnée avec la situation objectivement évaluée. 
                     Cette condition n'est pas visible au niveau de notre composante spirituelle : ce n'est pas pour cela qu'elle est absente.  Un mot peut blesser comme un coup de couteau, que l'un ou l'autre soient volontaires ou accidentels, et à choc équivalent, souffrance différente suivant la sensibilité de chacun, laquelle est aggravée dans les zones cicatricielles.

                      Alors que faire quand on souffre ? 
                      - Eviter de se questionner sur la légitimité de notre douleur et se donner pour priorité la recherche de moyens pour neutraliser ou diminuer celle-ci. 
                      - Décider de se soigner en respectant la procédure: pallier l'urgence puis traitement de fonds.
                      - Identifier nos zones vulnérables et les protéger le temps nécessaire à leur transformation comme on protège un enfant tant qu'il n'est pas devenu adulte donc tant qu'il reste dépendant.

                     Restons sur cette dernière affirmation. L'enfant est un adulte en formation. Votre zone vulnérable est une force en devenir. Et réjouissons nous de la perspective.

                     Amicalement

                     Françoise A-M

                                                 

                             

Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 10:28
Nous avons une mission à accomplir mais laquelle?
Voici le meilleur repère : Ce qui nous plait, intrinsèquement, véritablement, en dehors de toute hiérarchie des valeurs standardisées, en dehors de conclusions logiques d'observations de ce qui plait à d'autres et  nous semble les rendre heureux ( impression pouvant d'ailleurs être exacte).
Quand nous avons trouvé ce que nous voulons : Alors nous constatons que nous n'avons pas les moyens nécessaires à nos objectifs. Observation pertinente. Bon début. Il convient de poursuivre: 
Personne ne dispose des moyens de réaliser seul ses objectifs. 
Ce n'est pas du tout dérangeant puisque c'est normal. 
Nous n'agissons pas seuls et ce qui nous manque sera apporté par notre partenaire : La Vie.
Evidemment, ce partenaire est aussi notre allié. Il convient donc de prendre en compte, non seulement nos propres attentes mais aussi les siennes. 
Les siennes? Ce sont simplement celles des Autres (contemporains ou pas) qu'elle représente.
Reformulons donc nos objectifs: Ce que je veux m'apportera ceci à moi et cela aux autres, à la Vie.
Ensuite, n'essayons plus de tout contrôler et entrons en action, en confiance.
Apprendre à choisir la confiance, à reconnaître que notre partenaire se charge de la conjoncture qui rendra nos décisions les meilleures, et ne sombrer ni dans la mégalo en cas de réussite ni dans la dévalorisation si nous n'atteignons pas le sommet que nous avions visé et qui est sans doute insuffisant pour les résultats collectifs auxquels nous participons.
Apprendre à choisir la confiance : J'ai testé une méthode en 9 étapes... et j'ai redoublé ...et j'ai redoublé....mais chaque fois la 1ère étape m'a paru plus accessible, aux abords de la 2ème, j'étais moins essoufflée... 
Je vous invite à y faire un petit tour, ou détour, et je vous souhaite la bienvenue...
 Sourire et amitié.

 
Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Methode ACC - Questions -Réponses
commenter cet article
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 11:35
               La 1ère étape de cette méthode consiste à définir 3 projets, que l'on aimerait réaliser, ainsi que les critères qui, selon nous, constitueront les preuves que nos objectifs ont été atteints.
En fait, le but est de dépasser le niveau désir pour arriver au niveau volonté, seuil indispensable car case départ de notre parcours de vie épanouissante.
Il me semble intéressant de vous offrir cette citation de Julien LEPERS que je viens de découvrir, cette lecture étant une manifestation, sans doute, de mon alliance avec la vie, et, si vous lisez cet article, de la vôtre également :
              "Là où il y a une volonté, il y a un chemin".
 Il poursuit ainsi: "
là où il y a un désir, il y a une impasse"  
J'aurais préféré: Là ou il n'y a qu'un désir, il y a une impasse car le désir semble la 1ère étape souhaitable qui mène à la volonté.
                Par la méthode ACC :  Identifie ce que tu désires, puis aie  la volonté de l'obtenir.

                 A bientôt

                Françoise
Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Methode ACC - Questions -Réponses
commenter cet article
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 14:33

Enseignement des contes de fées :

 

On peut remarquer que les contes de fées font apparaître systématiquement 2 entités : Le personnage principal que l’on peut nommer « héros » et l’intervention d’un individu venu d’ailleurs  qui dispose de pouvoirs surnaturels.

Le héros, qui est notre représentation physique symbolique, accepte la rencontre
      Il est préoccupé exclusivement par sa quête et ne regarde pas vers le passé. 
      Il s’engage, en connaissance de risques, à respecter les conditions du partenariat que lui propose l’entité aux pouvoirs surnaturels, car il sait que les refuser impliquerait qu’il renonce à ses raisons de vivre.

Ses propres exigences se limitent à la réalisation de ses objectifs qui impliquent de passer avec succès diverses épreuves dont le sens est de mettre en œuvre, et en évidence, ses qualités intrinsèques : intelligence, courage, sens de la justice…   

Il choisit la confiance et réussit aussi bien pour lui-même que pour ceux qu’il représente, souvent un roi en exercice ou en devenir.    

 

Le personnage aux pouvoirs surnaturels peut prendre des formes très diverses : Fées, magiciens, sorcières, animaux qui parlent, diable…
      L’aide apportée, elle aussi, se manifeste souvent de façon paradoxale.

C’est parce que le héros est  en confiance - en attente du soutien opportun au moment nécessaire - qu’il saura reconnaître les signes qui le guideront, et qu’il présumera du bien-fondé de la forme prise par l’intervention du Merveilleux, aussi surprenante soit-elle pour son raisonnement humain limité.

Sans la confiance, pas de présomption du soutien proposé et compréhension trop tardive de l’aide, pour être efficace.

Rappelez-vous Cendrillon : Si elle n’avait pas dû quitter la salle de danse précipitamment pour être rentrée avant minuit, elle n’aurait pas perdu sa chaussure -ou aurait pris le temps de la chercher- et le Prince n’aurait pas pu la trouver et lui proposer la Vie de château conforme à son mode d’accomplissement.

Pourtant, si le choix n’avait dépendu que d’elle, il est probable qu’elle serait restée plus longtemps et qu’elle n’aurait pas obtenu le résultat optimum que seul le Merveilleux était en mesure de programmer.

En entrant en Alliance avec la Vie, qui est  votre Merveilleux, quand un évènement imprévu perturbera vos intentions, vous prendrez l’habitude de penser que cette situation, évidemment pas programmée par vous-même, l’a été par votre partenaire qui intervient en organisant ce qui est le meilleur, à terme,  pour la réalisation de vos souhaits communs dont vous êtes l’agent. Votre réaction doit devenir : J’ai confiance dans le bien-fondé de cette initiative, mais comment je m’en sers ?

Quand l’évènement vous contrarie, par sa nature, ce n’est pas toujours facile mais de toutes façons, devant faire avec, vous adapterez votre comportement et adopterez l’attitude qui sera la plus favorable au succès de votre entreprise.

Par exemple, Serge LAMA aurait-il été celui qu’il est aujourd’hui  sans son accident ?  

Ainsi au lieu d’utiliser notre raisonnement pour répondre à : « pourquoi cet imprévu ? », il est préférable de centrer notre réflexion sur la problématique urgente qui est : « comment utiliser ce hasard pour en optimiser les effets ? ».      

On remarquera, par la suite, que les effets du bien fondé de l’initiative, choisie par notre partenaire la Vie, souvent désignée par le mot hasard, ne nous apparaitront pas, avec évidence et simultanément car ceux-ci sont souvent échelonnés dans le temps : les identifier nous demandera de faire l’effort de nous y intéresser, ce qui est fréquent si on acquiert l’habitude de dire "Merci".

L’expression de cette gratitude est en fait une très bonne habitude car elle est génératrice de joies au quotidien et elle constitue un excellent exercice d’entretien de notre mémoire.

 

 Ce Merveilleux qui est en nous

 

En effet, évoquer notre « Alliance avec la Vie » revient à concevoir l’existence d’une identité invisible dont la finalité serait l’aboutissement à la maturation du monde qui se révèlerait alors, Harmonie, Amour, Joie : Complémentarité parfaite et Solidarité absolue devenant les garanties paradoxales de la Liberté de chacun et de sa capacité à aimer ce qu’il est, tout autant que ce que sont les autres, sans réserve.

Invisible ne signifie pas absente. Cette identité invisible, au contraire, est simultanément, et totalement, intégrée en chacun de nous. Elle est l’expression de la part de notre personnalité qui sera à la source de notre accomplissement personnel si notre raisonnement est assez humble pour reconnaitre qu’il ne peut être que le serviteur – performant et récompensé- mais pas le décideur.

 

La vision de l’humain est forcément bornée or notre bonheur se situe au delà de son horizon. C’est cela qui inquiète celui qui a besoin de détenir la carte de la trajectoire complète avant de se mettre en chemin. Il devra renoncer à ce moyen, non pas parce qu’il n’en dispose pas mais parce qu’il n’a pas la capacité de lire le tracé du parcours intégral.

Pour que la peur ne nous emprisonne pas dans l’inertie nous lui imposerons notre conviction que nous sommes accompagnés, en permanence, par un guide qui sait cerner nos compétences évolutives et qui choisira, avec pertinence et amour, le chemin qui nous convient.

Remarquons que ce n’est pas notre part divine qui est limitée mais notre part humaine qui en est l’agent. Pour cette raison, nous aurons sans doute à servir, essentiellement, une qualité spécifique, qui  constitue le fer de lance de notre identité, et pour laquelle nous avons des dons particuliers qui ont du se manifester, dès notre plus jeune âge. 
      Découvrir cette qualité est  fondamental car elle devra s’exprimer à travers toutes nos actions afin que nous ressentions la joie de vivre, à tous les sens de l’expression.

Paradoxe : Pour trouver cette « aptitude », le plus simple est de se souvenir de nos « bêtises » d’enfant qui ont le plus surpris notre entourage, éventuellement les plus récurrentes.

      En effet, notre immaturité structurelle ne nous permettant pas de servir correctement cette qualité, la répression de nos initiatives avait pour but de la refouler afin de qu’elle ne soit pas exposée,  pendant le temps nécessaire à notre croissance.  Toutefois, quand la protection est gérée par les peurs, elle risque de devenir emprisonnement.
      Alors, le seul antidote est de faire le pari de la confiance, ce qui est le but de la méthode proposée dans cet ouvrage.

       Le dialogue est ouvert à ceux qui souhaitent offrir leur témoignage : Vous vous êtes engagé et êtes entré en action tout en sachant que vous n'aviez pas tous les moyens nécessaires pour garantir le succès d'une entreprise dont la finalité répondait tout autant à vos propres aspirations qu'à votre désir d'être solidaire (donc en Alliance avec la Vie).
       Comment s'est manifestée le soutien de votre partenaire, la Vie, lors de la réalisation  de ce projet?
  La rubrique commentaire vous est ouverte.
       N'hésitez pas, également, à exprimer vos contre-exemples, pour animer le débat...
        A bientôt
 
                                                                                      Françoise A-MARTIN

Repost 0
Published by Psychologie Positive et Intuitive - dans Methode ACC - Questions -Réponses
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 14:12

                Avant de développer la procédure de la méthode ACC, 
             je voudrais exposer la réflexion que suggère le "pari" de PASCAL:
Soit nous ne sommes que des créatures temporaires, soit nous sommes des êtres éternels. 

       Dans les 2 cas, pour que notre chemin de vie soit agréable, nous devons choisir, avec discernement, nos bagages ( Inutile d'emporter ce qui ne nous plait pas et que nous ne saurons pas utiliser )
       Et veiller à être accompagnés par ceux dont on partage les gouts mais qui ont, dans leurs valises, ce qui manque dans les nôtres 
 
        Et puis, comme PASCAL nous l'a suggéré, "parions gagnant", 
car le risque est de ne gagner que la joie de l'instant présent. 
Comme l'instant passé fut, juste avant de disparaître,"instant présent" et que l'instant futur deviendra "instant présent",  dès que celui-ci  sera devenu "instant passé" ...  Que votre miroir vous offre votre sourire ! 
       
                                          A   son  Image
 

S’Il nous a faits à son image,

Comme c’est écrit dans l’histoire

Nous avons désormais son âge

On ne ment pas à son miroir.  

Si de l’étrange personnage

Nous ne sommes que le portrait

Toute la vie n’est qu’un passage

Un rêve, on va se réveiller

 

Abandonne tes inquiétudes

Si le destin n’est que pensées

Le bonheur n’est qu’une attitude

Il te suffit de l’adopter.  

Arrête de tisser tes chaines

Le naturel c’est de voler

Ne t’amarre pas à tes peines

Laisse le courant t’emporter

 

Tu verras des couleurs multiples

Tu camperas sur l’arc en ciel

Le gris, c’est pour ceux qui s’agrippent

A ce qu’ils croient le matériel 

La réalité : est tout autre

Tes barreaux : sont ceux d’une échelle

Grimpe les uns après les autres

Le chemin n’est pas éternel

 

Si nous ne sommes que l’image,

Comme c’est écrit dans l’histoire

De cet étrange personnage

Retrouvons l’endroit du miroir.

 

Quand tu ne sais tourner tes pages

Le vent qui souffle vient t’aider

Ouvre ta fenêtre aux nuages

Dehors, c’est mieux pour respirer.

 

Fais un effort, sors de ta cage

La porte n’en n’est pas fermée

Risque l’inconnu, le voyage

Ose le feu pour t’éclairer.

 

Sois son alter-égo visible

Son présent, il est ton passé.

L’avenir n’est pas une cible

Il t’attend pour que tu le crées.

 

Bien sûr il nous faut du courage

Etre Lui n’est pas évident

On doit renoncer à son âge

Il est un éternel enfant. 
Car cet étrange personnage

Est toute vie, n’a pas de temps,

On ne peut donc être à l’image

                               D’un autre. Ailleurs c’est le Néant

 

 

                                                Françoise A-MARTIN

 

Repost 0
Published by Françoise-Louise A - M - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 12:12
Reconnaitre que nous avançons en alliance avec la Vie revient à évoquer que ce qui est vrai pour moi est vrai aussi pour cet Autre que j'aime.
Alors comment pourrais-je concevoir que sa souffrance, quand je ne peux rien pour l'aider, n'impose pas à la Vie d'intervenir pour NOUS.  Que fait notre partenaire? Elle dort sur ses lauriers de toute puissance?

Ce que je crois: Elle ne dort pas. Ce qu'elle fait je ne suis pas capable de le comprendre.
J'aimerais le comprendre comme le petit enfant qui aimerait bien s'habiller tout seul. Mais, pour moi, comme pour l'autre, comme pour cet enfant, la seule certitude c'est que l'on ne sait pas faire...aujourd'hui.
Alors, il faut se dire, nous aussi, : quand je serai grand(e) je saurai.
Et c'est quand que je serai grand(e)?
Peut-être dans une heure, peut-être demain, peut-être dans quelques années, peut-être quand je serai de l'autre côté de ma Vie... Mais en l'instant, comme l'enfant je fais ce qui est à ma portée, et en agissant je participe à mon niveau. Notre partenaire la Vie, m'accompagne.  Ma joie ne dépend plus que de la confiance que je lui témoigne. Alors, par les signes qu'elle me sait capable d'interpréter, elle me confirmera que je suis sur le bon chemin, celui de ma mission de vie et que si parfois certains passages me semblent inaccessibles ce n'est que parce que je me crois seul(e), ce qui n'est pas.

Pour conclure ce message, je voudrais vous transmettre ce récit symbolique, d'Ademar de BORROS que je ne connais pas et dont la Vie se déroula il y a très longtemps,  qu'une amie m'a fait parvenir, un jour.
          - Un homme arriva au Paradis et demanda à Dieu s'il pouvait revoir toute sa Vie... Et Dieu le lui accorda :
        Il lui fit voir toute sa vie comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable et comme si lui, l'homme, se promenait le long de cette plage.
          L'homme vit que tout le long du chemin il y avait quatre empreintes de pas sur le sable, les siennes et celles de Dieu, mais que dans les moments difficiles il n'y en avait plus que deux.
         Très surpris, et même peiné, il dit à Dieu: "Je vois que c'est justement dans les moments difficiles que tu m'as laissé seul..."
          "Mais non", lui répondit Dieu, "dans les moments difficiles, il y avait seulement les traces de mes pas parce qu'alors...je te portais dans mes bras."

           Je vous dis, à très bientôt .
Repost 0
Published by Françoise-Louise A - M - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 12:21
Les années nouvelles nous invitent à entreprendre.

Nous sommes demain : Ce demain pour lequel nous avons programmé tant de bonnes résolutions.
Mais par quoi commencer?

Je vous suggère de vous rappeler que vous êtes le héros de votre aventure terrestre et, qu'en tant que tel, vous avez une mission qui dépasse vos propres intérêts tout autant que vos propres moyens.

Alors, pensez systématiquement aux héros des contes de votre enfance, et, si le souvenir s'est un peu effacé,  retournez à la source car cette littérature est encore accessible dans les librairies contemporaines..
Il n'y a que les livres d'enseignements non dépassés qui perdurent. 
Conclusion logique: les contes offrent un enseignement qui est toujours d'actualité.

Et que remarquerez-vous? Le héros, quel qu'il soit, réussit toujours grâce au soutien d' un personnage issu du merveilleux. 
Ce personnage est la manifestation de son partenariat avec la Vie :
Le héros a en charge l'engagement et l'action
La Vie a en charge l'évolution de la conjoncture pour que les choix du héros s'avèrent les meilleurs.

La Vie ne peut pas agir directement
Le héros ne peut pas contrôler le futur.

A chacun ses fonctions pour l'intérêt de tous.

Pour cette raison, si un évènement vous surprend, prenez l'habitude de remplacer la question 
Pourquoi ceci s'est-il produit ?  La réponse peut attendre
par la question: Comment je m'en sers ? La réponse est urgente

Et votre année se déroulera harmonieusement.
En plus, en récompense de votre attitude confiante, vous recevrez :
Les informations qui vous indiqueront les " Pourquoi ". 
Une occasion de vous réjouïr en constatant combien elles sont nombreuses et justifiées et de remercier votre partenaire pour son efficacité.

Aimer le chemin n'est pas incompatible avec aimer la destination.
Je vous souhaite un très agréable chemin pour vous rendre de 2007 à 2009.

Très Bonne Année 2008 !

Repost 0
Published by Françoise-Louise A - M - dans Instants partagés
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche