Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 18:06

1) Vouloir que les journées vous apportent de la Joie

2) Le dire et n'accepter aucune objection de quelque ordre qu'elle soit, aussi bien du coeur que de la raison

3) Faire la liste de tout ce que vous souhaitez de façon précise (pensez qu'au restaurant vous n'énumerez pas au serveur tout ce que vous ne commandez pas)

4) Ne dire que du bien ou se taire, y compris à soi-même

5) Trouver mille occasions de rire, et au moins une par jour

6) Souriez à votre miroir tous les matins , il vous le rendra.

7) Considerez que les avis désagréables n'engagent que ceux qui les formulent

8) Inventez-vous une motivation incongrue accompagnant chaque obligation (exple : faire la vaisselle favorise les voyages)

9) Choisissez la Confiance : Vous avez un allié puissant : La Vie.

- Quand vous avez un doute sur la conduite à tenir mettez-vous en pilotage automatique et dîtes : Alliance avec la Vie !

- Quand vous découvrez une situation agréable, soyez reconnaissants et dîtes : Alliance avec la Vie.

10) soyez indulgent sauf pour l'article suivant.

 

11) En fin de journées, notez-vous (1 ou 0) pour chaque élément ci-dessus et écrivez votre score pour avoir le plaisir d'en constater l'évolution

 

        Ce n'est pas difficile !  La preuve ?    Elle vous appartient.

 

         BONNE ANNEE  

         BISES A TOUTES ET A TOUS

 

         Françoise

 

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 08:33

Petit passage du côté de par ici, emmenée par 2 évènements qui avaient sans doute, aussi, cet objectif.

Le premier :

Une amie était déçue que l'une de ses parentes décline son invitation pour la soirée du Réveillon.

Pourtant on s'entend bien, on se téléphone, on rit ensemble....

Oui, mais !!! En se rendant Ailleurs, elle conforte son positionnement sur le barreau fragile de l'échelle de Maslow où elle se situe actuellement.

Cet ailleurs est sans doute moins divertissant mais, à son avis, vitalement sécurisant.  

Mon conseil : tends-lui la main. Ne la questionne pas cela t'évitera de devenir "bourreau" et de la situer en" victime" ce qui la rapprochera plus encore du contexte présumé "sauveur" et confortera un éloignement que vous ne souhaitez ni l'une ni l'autre.

Reste en dehors de ce triangle (appelé de Karpman) et permet au temps (Alliance avec la Vie) d'accomplir sa part. Propose lui une sortie ensemble pour fêter, quand vous le voudrez et comme vous le voudrez, l'arrivée des Rois Mages. Un retard de rencontre qui n'en a pas diminué le plaisir.

Un symbole AUSSI.

 

Le deuxième :

Un commentaire, venant d'arriver sur mon blog controledegestion, qui m'a emmenée à relire l'article que j'avais rédigé il y a déjà "un certain temps" et qui en était le support.

J'ai réalisé que cet article aurait eu tout à fait sa place sur ce blog aussi.

Et sitôt pensé, sitôt fait.

Comme je ne trouve pas fûté de me plagier toute seule, je vous invite à cliquer sur sa référence ci-dessous et ce sera comme si on se rencontrait du côté de par ici.

Juste avant, je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année ce qui peut se résumer à

Des sourires plein le coeur en direct ou par reflet (ou non exclusif)

http://controledegestion.over-blog.com/article-24137511-6.html#anchorComment

Pensées amicales.

Les bises ce sera pour l'an que vint.

 

Françoise

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Communication
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 08:28

J'ai édité cet ouvrage et, après l'avoir présenté j'ai eu le plaisir de constater que le sujet interessait ceux qui en connaissaient le "sommaire".

 

En fait, malgré le mot "Apprivoiser" qui implique l'intervention du facteur "temps", des lecteurs s'attendaient à ce que la phase lecture suffise.

J'avais précisé que cet ouvrage impliquait un travail personnel ne se limitant pas à "lire" le texte.

A chaque étape, je le reprécise encore.

 

Imaginez un livre de cours. (Prof un jour, prof toujours ?)

Il serait inconcevable que l'on imagine que le seul fait de le lire puisse être suffisant pour que l'on sache appliquer l'enseignement qu'il apporte. 

La lecture, si elle est relativement simple, assure seulement la compréhension.

Mais, même s'il s'agit de recettes de cuisine, c'est en appliquant que l'on constate la faisabilité et les résultats.

 

Pour en revenir à cet ouvrage, "Apprivoiser l'Optimisme en 9 étapes", son premier titre était :

"Apprendre à Choisir la Confiance" d'où le nom de ce blog.

Or j'ai observé que la plupart de mes amis en réduisaient le titre à "Choisir la Confiance" comme s'il s'était agi d'une opération instantanée. L'expression résumée, nécessaire à l'identification du blog, était ambigue. 

J'ai donc décidé d'employer le mot "apprivoiser" qui, dans notre culture, présume une durée incontournable.

 

La difficulté, que ni le lecteur ni moi-même, n'avions prévue a été de maintenir stable "la volonté" nécessaire à la réalisation de l'objectif.

Actuellement, l'accélération de tous les niveaux d'apprentissage et de l'évolution des techniques ont pour effet d'influencer notre perception au point qu'il nous devient difficile d'évoquer d'autres alternatives que :

" maintenant" ou "jamais".     (Pour l'éducation des enfants, c'est le piège à éviter)

Nous devons nous rappeler ou réapprendre qu'il existe aussi la possibilité  "plus tard". 

L'important c'est de se positionner sur la case départ et de baliser le chemin qui nous emmène jusqu'à l'arrivée, laquelle ne sera sans doute qu'une étape, point de départ des objectifs suivant.

 

Si j'ai rédigé cet ouvrage c'est parce qu' ayant expérimenté cette méthode, avec plusieurs volontaires, j'avais constaté qu'elle avait donné des résultats satisfaisants.

Et ce que je remarque, aujourd'hui, c'est que les Rendez-Vous espacés avec les participants, durant lesquels on confortait le travail effectué pendant l'étape passée et où on définissait celui qu'il conviendrait de réaliser durant l'étape suivante, avait pour effet de donner sa place au facteur "temps".

 

J'ai donc décidé de mettre en place un "Atelier" qui s'adresse à ceux que le projet a interpellé ou interpelle afin, qu'en possession de cet ouvrage, ils puissent l'appliquer en suivant la méthodologie proposée et en étant  guidés dans l'interprétation du mode d'emploi. 

Le mot "coaching" me dérange car le coach est, dans ma perception, quelqu'un qui conduit.

Or le but pour le moniteur n'est pas de conduire mais d'apprendre à conduire (en étant assis à côté)

Je préfère le terme "counseling", relation d'aide.

Je te donne la masse et la pelle pour casser les croyances stériles qui t'emprisonnent OU

Je te fais la courte échelle mais c'est toi qui monte au créneau et dépasse les barrières que tu ne sais pas franchir autrement.

 

Cet Atelier commencera en Janvier 2012 - Les conditions en seront précisées sur le prochain article car je dois me renseigner préalablement sur les possibilités matérielles dont je disposerai.

Seules certitudes : Il se passera sur MARSEILLE, sera limité à 5 Participants, durée 2h et tarif  individuel 18€.

Il reste à déterminer le créneau horaire dans la semaine et le lieu d'accueil

 

Le premier atelier donnera droit à la distribution de l'ouvrage, pour ceux qui ne le détiennent pas déjà , et sera gratuit pour ceux qui auront déjà acheté le livre.

(Librairies Prado-Paradis (Mazargues) - Gibert (bd d'Athènes) et 3ème Millénaire (rue de la Palud et aussi service par internet).

Si vous êtes interessé vous pouvez me joindre par mail à : francoise.a-martin@laposte.net

 

Par contre il sera demandé un engagement moral à participer aux 6 ou 7 ateliers nécessaires à l'application des 9 étapes.  (Et atteinte de vos 3 objectifs initialement définis)

Normalement de Janvier à Juin 2012.

 

Pour information : En entretiens particuliers, les RV ne durent que 1h, il en faut donc 9 et parfois 10.   

 

Voilà!

Vous ne savez pas tout mais autant que moi.

A bientôt

 

Françoise

PS : Cet article est également diffusé sur mon blog "choisirlaconfiance" conçu pour accompagner l'ouvrage.

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Méthode ACC -Développement
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 08:54

Le Pardon

Evidemment cette démarche fait suite à l’offense, ou à l’agression, que l’on estime avoir subie.

La blessure initiale se manifeste suivant un processus équivalent à celui qui accompagne une séparation, dont la manifestation la plus violente est le deuil.  http://authenticienne.over-blog.com/article-les-etapes-d-une-separation-non-desiree-38462381.html/

En résumé :

« La 1ère étape est l'émotion ressentie qui  semble poursuivre ce chemin : Incrédulité -  colère -  (Déni) perte de repères
La 2ème étape : Lucidité ou Analyse du ressenti 

Tristesse - rancœurs (colères inexprimées)– Déception - Désorganisation – Vulnérabilité               

La 3ème étapeRéconciliation :        

On accepte de reconnaître le changement et de lui donner sa chance.
On découvre la volonté de construire autre chose, ou autrement .

On avance à nouveau, en paix avec l'état passé et la situation présente.

Dans les moments difficiles, même sans comprendre parfaitement l'intérêt de cette devise, on prononcera simplement :
    "Mon choix est Affirmation, pas Renoncement"
Peu à peu notre créativité retrouvée nous en fera découvrir le sens. »

 

Le Processus du Pardon, qui permet de passer de l’étape 1 à l’étape 3, nécessite « un certain temps » selon Lise BOURBEAU.

Néanmoins, la case départ implique la Volonté : « Je veux pardonner »

- Ce qui ne signifie pas « je suis d’accord avec l’offense »

- Ce qui ne signifie pas non plus « je vais tendre l’autre joue »

Mais, même si on pense que l’Autre a eu l’intention de nous blesser ou de nous léser, et qu’il a atteint son objectif, lui pardonner c’est finir une guerre et instaurer un climat pacifique favorable à ceux qui y évoluent dont soi-même.

 

1) Il est cependant nécessaire de prendre en compte le facteur « temps ».

Imaginons que l’on ait à reconstituer un tableau à partir d’un puzzle, il convient de procéder par tris successifs avant de commencer à poser les pièces pour reformer l’image.

Vouloir éviter ce passage est voué à l’échec.

Le temps ayant donné le recul souhaité, la situation apparaît en vision panoramique. 

 

 2)  Il est alors le moment de se demander sincèrement les raisons qui nous semblent justifier un rapprochement physique, lequel n’est pas indispensable à l’acte de Pardon.

    La raison majeure est d’en éprouver soi-même le désir.

    Des raisons accessoires peuvent être liées à l’optimisation de la Vie sociale (famille, travail). Elles peuvent être une finalité en soi ou les étapes qui mèneront à la raison que j’ai qualifiée de majeure.

 

3) Une fois le Pardon de l’Autre décidé avec la raison (cerveau gauche) passer le relais au cœur (cerveau droit) :  Ne pas chercher à analyser la faute, les motifs (ou excuses) qui l’ont générée, les engagements qui baliseront la réconciliation… Ce n'est pas un acte commercial mais un acte gratuit (par Don)

Quand un malade guérit il ne passe pas son temps à se remémorer les soins … Il se réjouit de sa bonne santé retrouvée.

 

4) Le Pardon de soi-même : (Ne serait-ce que de son manque de discernement co-responsable de la déception ressentie).

    S’en réjouir aussi mais après « l’ivresse » (cerveau droit) Il est recommandé de tenter d’identifier les croyances à l’origine de notre comportement qui nous a causé du tort (cerveau gauche), de construire les nouvelles croyances qui neutraliseront les premières et qui seront à l’origine du choix d’un autre comportement adapté à l’épanouissement de notre identité.

     Le piège à éviter : Affecter à notre attitude confiante notre blessure et choisir la méfiance chronique : Il est moins traumatisant de choisir la confiance et de se tromper quelquefois (processus d'apprentissage) que de vivre dans la méfiance, milieu incompatible à la joie au quotidien. 

 

   Françoise 

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 06:53

J'ai déjà exposé au cours de précédents articles, les positionnements identifiés dans le triangle de Karpman et ce qui motive les personnes qui choisissent l'un ou l'autre : 

 - Victime   : Me faciliterait le lâcher prise et me mettrait en pilotage automatique grâce au contrôle du Sauveur.

 - Sauveur :  Répond à mon désir de me sentir utile

 - Bourreau : Enfin, je ne subis plus et j'ai même l'impression de détenir quelque pouvoir.

 

Bien entendu aucune de ces attitudes n'est positive sur la durée (même courte).

Elles permettent de puiser provisoirement l'énergie du vis à vis choisi, mais celui-ci  ne pourra répondre aux attentes sans se décharger lui-même et changer de rôle pour reprendre ce qui lui a été confisqué par manipulation inconsciente.

 Le sauveur devient victime de la victime devenue bourreau, etc...  enfer collectif assuré.

 

Cela signifie-t-il qu'il faut renoncer à exprimer sa souffrance (victime) ou renoncer à offrir une relation d'aide (sauveur) ou renoncer à refuser de répondre (bourreau) à une demande qui n'est pas de notre compétence ?

 

La réponse est non dans les 3 cas.  Car il est possible d'exprimer sa souffrance, d'offrir une relation d'aide et de refuser de répondre faute de compétences, sans rentrer dans ce triangle.

 

Comment  ?

  - Exprimer sa souffrance à condition que ce soit pour obtenir une intervention qui permettra d'être soulagé. (A l'heure actuelle la souffrance chronique est presque un choix car il existe des médications pour la palier, que ses causes soient physiques ou psychiques)

 - Intervenir dans une relation d'aide à condition que ce soit de manière active et non seulement réceptive.

 - Refuser sa participation à condition que ce soit exprimé avec respect du demandeur

 

Comment reconnaître la personne qui veut vous entrainer dans ce triangle où elle pourra pomper votre énergie d'une manière ou d'une autre ?

Parce qu'elle ne sait puiser les ressources, dont elle a besoin, au coeur d'elle-même, alors que celles-ci s'y trouvent, elle va utiliser la "séduction" en interprétant jusqu'aux 3 rôles si nécessaire :

   1)  La Victime :  Et cela peut aller jusqu'à la tentative de suicide qui, si elle est ratée (la tentative) réussit.

   2)  Le Bourreau :  J'étais déjà victime et au lieu de m'aider tu as ajouté à ma souffrance par ton agression, éventuellement passive.

   3)  Le Sauveur :  Je te promets (ou suggère) que tu auras droit à  la joie de ma reconnaissance éternelle quand devenue victime à ma place je serai ton sauveur.

 

 En fait, d'une manière ou d'une autre, l'objectif poursuivi est de vous donner la clef qui vous permettra d'entrer dans cet enfer : Le sentiment de culpabilité.

 

 Et en réalité si vous prenez cette clé vous ne pourrez que partager son mal-être, un partage qui multiplie et non qui diminue la part de celui qui le propose.  Comme la maladie qui contagie.

 

 L'autre partage qui multiplie, mais positivement, est l'Amour ou l'affection quand elle est sincère et non possessive.

 

 Justement c'est le seul ingrédient qui marchera si on lui adjoint l'équité et l'humilité.

 Mode d'emploi : 

    Amour  : Je constate ta souffrance et je vais réfléchir au soutien que je suis capable de t'apporter

    Equité  :  Je ne t'aime pas moins que moi-même mais pas plus, non plus. Je ne te traiterai donc pas sans respect mais je ne te servirai pas de mouchoir.

    Humilité :  Je ne suis pas tout(e) puissant(e) et je n'ai pas le pouvoir d'assumer des responsabilités et des choix qui sont les tiens. 

     * Si tu es "capable" et adulte : Je peux te donner mon avis mais le choix t'appartient. Je n'aurai aucun droit de te reprocher ta décision... Réciproquement tu n'auras aucun droit pour me reprocher de ne pas t'avoir contraint à m'obéïr. 

     * Si tu es "incapable" ou enfant, et si j'ai la responsabilité de te piloter, je  te donne mon avis et simultanément je te demande d'effectuer un choix dans la fourchette des possibles que je t'autorise. Je veille à ce que tu t'y tiennes. Je retiens que la punition est un droit pour le fautif.

                         

La solidarité consiste à partager nos ressources et non à nous mutiler l'un l'autre. Bien des Economistes, des Politiciens, des Sociologues et des Syndicalistes sont invités à y réfléchir.   (OK, ceci est à restituer à mon blog CG)

 

  Test de la juste attitudeLe signe est la Joie qu'aucun changement notoire de situation ne justifie.

  Simultanément : manifestation de notre "Alliance avec la Vie" qui crée les coïncidences et la conjoncture agréables, ou même favorables, à la réussite de nos entreprises, même les plus banales. (place devant le lieu où on se rend)   

 

   Un exemple de Test de la juste attitude

   Un individu vient d'être pris en otage et menacé d'être exécuté. Il est libéré. Son exécution était injuste. Sa libération est équitable. Il saute de joie Il a gardé les préoccupations qu'il avait avant d'être otage, pas l'humeur morose.

 

Pour conclure : Retenir que ce qui est essentiel ce n'est pas la nature de la situation mais celle du ressenti éprouvé

 

Pensées amicales

 

Françoise

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 07:20

Bonjour,

 

Voici les références de l'article initial où j'ai exprimé l'intérêt, tout autant artistique que sociologique, du roman de

Jean Marc BONNEL : "La dernière Nuit"

http://authenticienne.over-blog.com/article-un-roman-ou-le-heros-s-evade-du-triangle-de-karpman-77973597-comments.html/   

 

Certains amis m'ont demandé des précisions relatives aux modalités d'acquisition de cet ouvrage.

 

Je viens d'en recevoir,  Les voici :

Ci-dessous le blog de la maison d'Edition qui a répondu à notre questionnement.

http://elansudeditions.over-blog.org/

En vous reportant à l'article initial, vous pourrez découvrir en "commentaires" son intervention.

Mais, parce qu'une fois un article consulté, il n'est pas systématique d'y retourner et de poursuivre jusqu'à la lecture des commentaires correspondant, j'ai estimé opportun de rédiger ce nouvel article complémentaire.

 

Il va sans dire - mais il ne va pas plus mal en le disant et parfois mieux - que je n'ai aucun intérêt financier dans cette démarche.

 

C'est dommage !

 

Evidemment c'est encore plus significatif de la sincérité de ma critique initiale de ce roman que j'ai acquis (et le tarif est toujours valable) 12€.

 

Pensées amicales.

 

Françoise 

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans actualité
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 07:50

Comme pour toute autre, mode d'emploi :   (Contrôle de Gestion implique !)

    1) Questionnement

    2) Observation

    3) Intuition, Raisonnement ...

    4) Solutions

    5) Tests

    6) Conclusions.

 

     1ère étape : Questionnement : Quasiment instinctif si on ne choisit pas l'évitement.  

  Exemple : Qu'y a-t-il derrière cette porte ?  2 réponses : - J'ai peur. laissons la fermée  -  Où est la clef ?  

     2ème étape : Observation :  Quand il s'agit de soi-même dans sa globalité on ne peut éviter l'accessoire "miroir".  Et si le miroir était ces Autres dont l'ensemble consitue l'Univers ?

     3ème étape : Successions d'hypothèses de relations de causes à effets impliquant tout autant l'activité de nos facultés d'intuition que de raisonnement qui, en se succédant, induisent notre progression

     4ème étape : Solutions partielles, ou pièces du puzzle qui constitue la réponse.

     5ème étape : Tests : Pour contrôler la validité des réponses choisies et leur bon ordonnancement (puzzle oblige)

     6ème étape : Conclusions (je les présume !!!)

 

    Je voudrais cependant insister sur le fait que cette expression "Connais-toi, toi même" est le début de la phrase inscrite à l'entrée du Temple de DELPHES, temple dédié à APOLLON, appelé PHOEBUS (Le Brillant = Dieu Soleil) par les Romains.  (A ce sujet, vous remarquerez que le Soleil ne peut être observé qu'à travers le filtre de verres assombris)

 

    La phrase complète est"Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les Dieux"

    Quant à APOLLON, dont la Beauté a occupé la quasi totalité de notre mémoire collective, il est intéressant de remarquer qu'il a été avant tout choisi en tant que  Dieu du Chant, de la Musique et de la Poésie mais encore de la Purifiction, Guérison et même Divination (Connaissance absolue).

    En effet, c'est dans son Temple que se trouvait la célèbre Pythie consultée par les Plus Grands de l'Epoque en quête de leur destinée... à court terme (de ce côté de la Vie).

    L'Art est donc une voie d'accès à la Connaissance (chemin appelé "Inspiration")  mais aussi une voie d'accès à la Guérison, au moins de l'âme, et d'apaisement de la souffrance, aussi du corps.

    Or qui précède l'autre ? La souffrance induit-elle la maladie ou la maladie induit-elle la souffrance, à l'origine.

Car ensuite c'est comme le bébé et l'adulte....       

 

  Je voudrais vous faire remarquer que certains auto-qualifiés (ou qualifiés par d'autres) de philosophes, parfois à juste titre, ont néanmoins raboté le niveau de cette déclaration.

  Le Premier, (mais il y a eu beaucoup de suivants) à ce que l'on en dit, car il n'a pas laissé d'écrits personnels ( Donc ses propos ont peut-être été rapportés déformés) a été SOCRATE qui aurait emprunté le début de la phrase et poursuivi à sa manière "Connais-toi toi-même, laisse le monde aux Dieux"

  Si ce n'est Lui qui est dans l'erreur, ce sont d'Autres dont je suis.

  En effet, j'ai la certitude que l'on ne peut accéder à la connaissance de soi, en se détachant du contexte, ce qui implique que la Connaissance ne pourra être que Globale car Simultanée : Soi ET les Autres.

   

 Enfin, je soumets à votre "observation" cette initiative que j'ai prise, en tant qu'Amie des Poètes :

  Afin de commencer l'Atelier "Confiance et Communication", je cherchais le titre de la première rencontre.

  Alors s'est présentée à ma "réflexion"  le sujet "Connais-toi  toi-même".

  Puis je me suis souvenu que c'était le début d'une phrase ( je crois que ma mémoire avait pour référence Socrate) et je suis allée à la recherche de la suite.

C'est alors que j'ai eu l'agréable surprise qu'elle se trouvait sur le fronton du Temple dédié au Dieu de la Poésie.

Coincidence ?  Suivant ma devise, j'y vois l'intervention joueuse de notre "Alliance avec la Vie".

 

  A bientôt

  Françoise

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Se re-connaitre
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 09:26

Je poursuis ma lecture de "Nous les Dieux" de Bernard WEBER et je vous offre en partage sa devise et ma proposition.

Je pense que le choix dépend des circonstances comme dormir la nuit n'implique pas de renoncer à veiller le jour.

 

Sa devise "L'Amour pour épée, l'Humour pour bouclier"

Ma proposition : "L'Humour pour épée, l'Amour pour bouclier".

 

N'empêche que ma proposition est rarement inefficace. la sienne me parait, actuellement, souvent euphorique (ne pas confondre euphorie et optimisme).

Néanmoins, elle m'a permis, en inversant les rôles, de formaliser l'antidote le plus efficace de la violence avant qu'elle ne contagie et ne devienne sourde (= ne plus être capable d'entendre au propre (écouter) comme au figuré (comprendre).

 

 

A bientôt

 

Françoise

http://choisirlaconfiance.over-blog.com/  

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans observations instantanées
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 09:19

Par la PNL, on observe que la négation n'existe pas.

Mais la négation ne s'exprime pas que par l'expression "ne pas". Certains verbes sont particulièrement performants pour la manifester tout autant.

Exemple : "Je ne veux pas ceci" est l'équivalence adoucie de "je refuse ceci"

Le vrai refus consiste en l'effacement et ce qui est effacé n'est plus visible comme l'aurait sans doute remarqué mon correcteur préféré.

 

"Réduire" fait partie du vocabulaire "négatif".  En moins optimiste ou plus pessimiste (PNL).

 Je réduis votre temps d'attente car je n'ai pas la croyance que je peux l'annuler.

 

Il est important de faire ce que l'on dit et j'étais sur le chemin de dire ce que j'allais faire !!!

Trève de batis follages pluvieux, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite car :

   J'ai choisi de la traiter sur le blog opérationnel et de vous l'annoncer par ce blog informationnel !!!

 

L'ouvrage d'où est extraite la citation ci-dessus est "Nous les Dieux" de Bernard WEBER.

Un peu déjanté, comme d'hab, et même plus que d'hab !!!  Néanmoins avec des reflexions percutantes :

   Bernard WEBER ?  "Notre Jules VERNE de l'exploration du temps". 

"" Car cette définition n'engage que son auteur , moi-même, à ma connaissance.

   Bon voyage :

http://choisirlaconfiance.over-blog.com/article-objectif-reduire-son-malheur-ou-construire-son-bonheur-79746050.html

 

Françoise

http://choisirlaconfiance.over-blog.com/

http://lesamisdespoetes.over-blog.com/

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans Les leçons de la Vie
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 22:51

Né victime, sans en être conscient, et bourreau de ses propres parents, toutes les conditions étaient réunies pour que sa Vie ne soit qu'une prison.

 

L'affection de sa grand-mère va lui permettre d'évoluer et de soulever tous les défis qui tentent de l'emprisonner au propre comme au figuré.  Il n'accepte ni la place de victime, ni celle de bourreau, où les "sauveurs" tentent successivement de l'enfermer.

Alors ce triangle éclate et chacun accepte de concevoir que la Liberté peut toujours être un choix personnel.

 

La dernière page tournée, l'histoire que l'on avait découverte au premier degré, continue, et on accède au niveau qui justifie que j'évoque ce livre sur ce blog.

 

Son titre : "La dernière nuit"

Son auteur Jean-Marc BONNEL

Son tarif  : 12€

Le seul moyen de l'acquérir, à ma connaissance :  Contacter l'auteur

bonneljeanmarc@aol.com

 

Ma critique : Poétique, Sensible et Intelligent.

Je persiste et je signe.

 

L'auteur découvrira peut-être avec surprise cet article car, quand je lui ai dit que j'allais écrire sur son livre qui m'a tant plu sur mon blog, il a dû présumer que ce serait sur le blog des amis des Poètes. 

Ce livre n'est pas un livre de Poésie mais un roman. Néanmoins Jean-Marc BONNEL est depuis le 23 Juin un Ami des Poètes, aussi.

 

 Comme quoi le mécanisme de l'inspiration est souvent un enseignement  dont l'artiste est l'agent et que la surprise, ou le ressenti, du lecteur met en évidence.

Encore bravo et merci à l'auteur.

 

Françoise 

Repost 0
Published by Psychologie et Communication - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche