Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
METHODE  A.C.C.  = APPRENDRE A CHOISIR LA CONFIANCE
Sommaire

Introduction                                                                                                                      Sommaire                                                                                                                                                                                      

 Préface                                                                                                                                                                                                                                                                                    

 Notre naissance crée notre famille     
 L’Humain, Un seul être en 3 composantes : Esprit, Corps, Cœur                                         
                                                           
 Le monde n’est pas « celui de l’Absurde » mais celui du « Paradoxal »                            

 Méthode A.C.C. – Présentation Globale –                                                                                                          

Développement

- 1ère étape: Réveiller notre Volonté                                                                                                 

- 2ème étape : Nos handicaps, des qualités utilisées à mauvais escient.                         

- 3ème étape : Expérimenter la nature paradoxale de l’Univers                                          

 

- 4ème étape : Plaisirs et Engagements – Pour que les principes de plaisirs se

révèlent les serviteurs zélés des principes de réalité                                                              

- 5ème étape : Etre le chef d’orchestre de nos musiciens intimes

(Créativité,  Persévérance, Elimination)                                                                             

- 6ème étape : Reconnaître les 3 caps récurrents pour les franchir avec succès et

poursuivre la progression (épreuves : Durée, Feu, Succès)                                                           

- 7ème étape : Comment transformer, pour les transcender, nos émotions                         

 

- 8ème étape : Reconsidérer nos perceptions acquises, nos classements en  mémoire.                                                                   

- 9ème étape : Notre parcours : Enseignements  et vocation. La sagesse d’un conte.                                                    

  Préface

   Etre sur la trajectoire de notre épanouissement personnel est une condition nécessaire pour ressentir de la joie en parcourant notre chemin de vie.

C’est également répondre à l’obligation, qui revient à chacun, de contribuer au service de l’intérêt collectif.   

Désir et Obligation sont ils compatibles ou, même plus, interdépendants?

      Tout comme Liberté et Engagement.

      La liberté m’engage et je m’engage à servir ma Liberté.

      Tels sont nos premiers pas dans la reconnaissance du monde paradoxal où chaque étape franchie peut apparaître comme la conciliation de ce qui, d’un point de vue exclusivement logique, semblerait inconcevable et même contradictoire.

 

 Ces affirmations sont –elles cohérentes suivant les croyances philosophiques ou religieuses de chacun ? 

      Pour les Chrétiens, je transcris un extrait des paroles d’un cantique chanté au cours de la messe du Dimanche qui a précédé l’écriture de ce texte :

« Ouvrons nos cœurs au souffle de Dieu

Car il respire en notre bouche, plus que nous même.

Tournons les yeux vers l’hôte intérieur »

      Pour les Bouddhistes, l’épanouissement appelé « éveil » est la manifestation de l’alliance parfaite, la reconnaissance de l’interdépendance qui lie tous les êtres.

Pour les Juifs et les Musulmans, le bonheur de l’homme est dépendant de son engagement pour la collectivité des croyants.

Pour les Athées, qui ne croient qu’en l’homme, l’observation, de l’évolution comparative de la race humaine par rapport à toutes les autres races animales, exprime une progression qui témoigne d’une continuité spécifique, d’un partenariat intergénérationnel   (il suffit d’observer la progression permanente des connaissances et de leur utilisation),  d’une alliance avec la vie.

Il n’y a donc pas d’incompatibilité entre les croyances métaphysiques personnelles, quelles qu’elles soient, et la démarche préconisée par la méthode A.C.C.

« Apprendre à Choisir la Confiance » 

 Epanouissement personnel et service de l’intérêt collectif  sont, non seulement,  conciliables mais encore dépendants.


1ère Etape de la Méthode ACC : Réveiller notre Volonté

 


     
La 1ère étape consiste à formuler 3 désirs sous forme de 3 projets :

      Le concept précède la création. Il convient donc de décrire précisément les caractéristiques attendues de chacune des 3 réalisations évoquées.

En effet, quand elle n’est pas réflexe, donc attitude de survie, l’expression du désir, ou de la Volonté, est le préalable indispensable à une action dirigée efficace.

Or la volonté individuelle, résultante de l’identité, n’est pas standard.

Pour cette raison, il convient d’abord de l’identifier puis de la canaliser car, dispersée, elle manquerait de force et n’atteindrait pas ses cibles.

      Dès ce niveau on évoque l’intérêt collectif qui sera servi simultanément ce qui concrétise la base de notre alliance avec la Vie et les modalités de notre partenariat.

      Cette étape réveille notre volonté parfois étouffée sous les craintes obsolètes que nous aurions dû effacer, comme les lignes et les points de repères qui sont indispensables pour guider un dessin jusqu’à ce que celui-ci soit achevé.

Niveau humain : jusqu’au passage à l’état mature.

L’éducation par l’exemple est  le meilleur outil mais, s’il n’est pas utilisé comme il convient, il peut s’avérer le plus destructeur. Ceci est vrai d’ailleurs pour toutes les techniques au sommet des spécialisations (utilisation de rayons laser…)   

La plus grave des défaillances est de ne pas, pour commencer, prendre en considération la personnalité de l’enfant ce qui amène à lui présenter des exemples d’objectifs et de comportements qu’il aura tendance à choisir comme modèles, uniquement parce que, vus de l’extérieur, les résultats obtenus lui paraissent tout à fait satisfaire ceux qui les obtiennent.

On lui communique alors, insidieusement, la croyance qu’il existe une hiérarchie des valeurs au niveau des qualités et que le but à atteindre est de devenir capable d’utiliser, pour lui et pour les autres, celles qui se trouvent au sommet.

Faisant abstraction de ce qu’il est, au lieu de développer ses propres facultés, condition indispensable à son épanouissement, il va  tenter d’accéder à ce qu’il pense devoir devenir afin de ressembler à ces autres qui remplissent les critères d’amabilité qu’il juge exclusifs.

Dans le cas le moins douloureux, il stagne alors dans le confort sans joie d’un mode de Vie qui n’est pas celui qui l’aurait comblé mais qui le rassure. « Qui peut le plus apprend à se contenter du moins. »

Dans le cas le plus défavorable, mais le plus propice à sa réaction, il n’accepte pas sa « condition humaine » mais ne retrouve plus, en sa mémoire, ce qu’il aurait souhaité Etre.

S’il a eu la chance d’évoluer dans un milieu qui lui ressemble et qui l’aime, il constatera qu’il a réussi dans certains domaines, qu’il a échoué dans d’autres, et il confondra sagesse et résignation.

Cependant, notre partenaire « La Vie » n’abandonne jamais. Elle lui rappellera qu’il a en charge, pour leur bonheur partagé, une mission à accomplir. S’il n’a pas appris à se mettre à l’écoute de celle-ci, qui lui veut le plus grand bien, il mobilisera alors la plus grande partie de son énergie à  ignorer la question du sens de son existence et à oublier qu’il ne trouve pas la réponse car il sait instinctivement qu’elle n’est pas sur le chemin où il s’est engagé.

Conséquence : Ne décidant pas spontanément de modifier sa trajectoire, des évènements se produiront pour qu’il y soit contraint.

La plus part d’entre nous a eu l’occasion de remarquer l’enseignement reçu au cours d’épreuves non choisies. A priori elles n’étaient pas indispensables mais elles le sont devenues devant notre inattention, ou obstination, chronique.

On peut retrouver son identité de façon beaucoup plus agréable et c’est ce que propose la méthode A.C.C : ce qu’il nous revient d’accomplir, nous plait obligatoirement. Ce sera notre premier repère.

Pour cette raison, La 1ère étape sur le chemin de notre Re - connaissance, consiste à   identifier 3 désirs authentiques, sans se préoccuper de leur faisabilité, et à énoncer les critères précis qui, selon soi, seraient significatifs de leur réussite.

Ensuite on évoquera, pour chaque projet, ce que sa réalisation pourrait également apporter aux autres : nos proches, nos moins proches, ceux que nous ne connaissons pas encore.

Cette démarche altruiste est la manifestation de notre « Alliance  avec la Vie » 

En fait, quels que soient nos objectifs ou idéaux, nous admettrons, sans crainte, que nous ne disposons pas, personnellement, des moyens suffisants pour garantir leur succès. Qu’importe,  notre partenaire, la Vie, dispose de tous les moyens.

En entrant dans cette Alliance, qui définit les attentes respectives de chacun, nos attentes personnelles et ses attentes collectives,  nous choisirons la confiance. Cela  nous permettra de constater, au fur et à mesure de notre progression, que nous allons recevoir, sous forme de « hasards », de rencontres, d’évènements conjoncturels, les atouts nécessaires à notre mission qui passe par notre épanouissement personnel.

Nous retrouverons, par intuition, la certitude que la Vie a un sens et aucune limite.

Nous éprouverons une joie intérieure paradoxale, car sans relation avec l’évolution du contexte apparent, puis des bonheurs qui nous réjouiront mais ne nous surprendront pas.

A partir de ce moment, le monde ne se révèle plus « absurde » mais « paradoxal » car telle est sa nature et nous y participons.  Nous acceptons de ne pas tout comprendre car nous avons conscience des limites de notre raisonnement, en cours de développement, et nous nous rappelons que nous naissons inachevés, ce que nous savions déjà mais avions eu tendance à oublier.

 

Conduire et se conduire en regardant DEVANT

Je vous propose d’imaginer que vous devez effectuer un parcours et que vous êtes le pilote de votre véhicule.

Avant même de démarrer, il vous paraîtra évident de vous assurer de la transparence de votre pare-brise.  Pas un instant vous n’envisageriez de conduire en regardant dans le rétroviseur de façon à imaginer la route qui s’étend devant en fonction de celle que vous voyez s’éloigner derrière.

Il en est de même pour notre parcours de vie.

Après avoir défini la première étape, vos 3 projets, regardez devant, car nous n’avons pas la possibilité de regarder dans plusieurs directions simultanément, et regarder ailleurs vous obligerait à inventer, avec toutes les certitudes d’erreurs que cela suppose, un parcours que vous n’aviez qu’à observer.

Pourquoi 3 projets et pas un seul ou 100 ?

Un seul projet crée une polarisation qui empêche de capter des informations qui peuvent être utiles, indirectement, car ne sont retenus que les éléments qui correspondent à son service immédiat.

Plus de 3 projets, au démarrage, crée un risque de dispersion de l’attention qui dilue la force de la Volonté.

Par ailleurs, ces projets ont un point commun : Nous.

Nous constaterons que leur développement est concomitant et que, souvent des éléments, générés par la réalisation de l’un d’entre eux, deviennent des moyens de développement des autres.

             

Enseignement des contes de fées :

On peut remarquer que les contes de fées font apparaître systématiquement 2 entités : Le personnage principal que l’on peut nommer « héros » et l’intervention d’un individu venu d’ailleurs et qui dispose de pouvoirs surnaturels.

Le héros, qui est notre représentation physique symbolique, accepte la rencontre. Il est préoccupé exclusivement par sa quête et ne regarde pas vers le passé. Il s’engage, en connaissance de risques, à respecter les conditions du partenariat que lui propose l’entité aux pouvoirs surnaturels, car il sait que les refuser impliquerait qu’il renonce à ses raisons de vivre.

Ses propres exigences se limitent à la réalisation de ses objectifs qui impliquent systématiquement de passer avec succès diverses épreuves dont le sens est de mettre en œuvre, et en évidence, ses qualités intrinsèques : intelligence, courage, sens de la justice…   

Il choisit la confiance et réussit aussi bien pour lui-même que pour ceux qu’il représente, souvent un roi en exercice ou en devenir.    

Le personnage aux pouvoirs surnaturels peut prendre des formes très diverses : Fées, magiciens, sorcières, animaux qui parlent, diable…L’aide apportée, elle aussi, se manifeste souvent de façon paradoxale.

C’est parce que le héros est  en confiance - en attente du soutien opportun au moment nécessaire - qu’il saura reconnaître les signes qui le guideront, et qu’il présumera du bien-fondé de la forme prise par l’intervention du Merveilleux, aussi surprenante soit-elle pour son raisonnement humain limité.

Sans la confiance, pas de présomption du soutien proposé et compréhension trop tardive de l’aide, pour être efficace.

Rappelez-vous Cendrillon : Si elle n’avait pas dû quitter la salle de danse précipitamment pour être rentrée avant minuit, elle n’aurait pas perdu sa chaussure -ou aurait pris le temps de la chercher- et le Prince n’aurait pas pu la trouver et lui proposer la Vie de château conforme à son mode d’accomplissement.

Pourtant si le choix n’avait dépendu que d’elle, il est probable qu’elle serait restée plus longtemps et qu’elle n’aurait pas obtenu le résultat optimum que seul le Merveilleux était en mesure de programmer.

En entrant en Alliance avec la Vie qui est  votre Merveilleux, quand un évènement imprévu perturbera vos intentions, vous prendrez l’habitude de penser que cette situation, évidemment pas programmée par vous-même, l’a été par votre partenaire qui intervient en organisant ce qui est le meilleur, à terme,  pour la réalisation de vos souhaits communs dont vous êtes l’agent.

Votre réaction doit devenir : J’ai confiance dans le bien-fondé de cette initiative, mais comment je m’en sers ?

Quand l’évènement vous contrarie, par sa nature, ce n’est pas toujours facile mais de toutes façons, devant faire avec, vous adapterez votre comportement et adopterez l’attitude qui sera la plus favorable au succès de votre entreprise.

Par exemple, Serge LAMA aurait-il été celui qu’il est aujourd’hui  sans son accident ?  

Ainsi au lieu d’utiliser notre raisonnement pour répondre à : « pourquoi cet imprévu ? », il est préférable de centrer notre réflexion sur la problématique urgente qui est : « comment utiliser ce hasard pour en optimiser les effets ? ».      

On remarquera, par la suite, que les effets du bien fondé de l’initiative, choisie par notre partenaire la Vie, souvent désignée par le mot hasard, ne nous apparaitront pas, avec évidence et simultanément car ceux-ci sont souvent échelonnés dans le temps : les identifier nous demandera de faire l’effort de nous y intéresser, ce qui est fréquent si on acquiert l’habitude de dire Merci.

L’expression de cette gratitude est en fait une très bonne habitude car elle est génératrice de joies au quotidien et elle constitue un excellent exercice d’entretien de notre mémoire.

 

 Ce Merveilleux qui est en nous

En effet, évoquer notre « Alliance avec la Vie » revient à concevoir l’existence d’une identité invisible dont la finalité serait l’aboutissement à la maturation du monde qui se révèlerait alors, Harmonie, Amour, Joie : Complémentarité parfaite et Solidarité absolue devenant les garanties paradoxales de la Liberté de chacun et de sa capacité à aimer ce qu’il est, tout autant que ce que sont les autres, sans réserve.

Invisible ne signifie pas absente. Cette identité invisible, au contraire, est simultanément et totalement intégrée en chacun de nous. Elle est l’expression de la part de notre personnalité qui sera à la source de notre accomplissement personnel si notre raisonnement est assez humble pour reconnaitre qu’il ne peut être que le serviteur – performant et récompensé- mais pas le décideur.

 

La vision de l’humain est forcément bornée or notre bonheur se situe au delà de son horizon. C’est cela qui inquiète celui qui a besoin de détenir la carte de la trajectoire complète avant de se mettre en chemin. Il devra renoncer à ce moyen, non pas parce qu’il n’en dispose pas mais parce qu’il n’a pas la capacité de lire le tracé du parcours intégral.

Pour que la peur ne nous emprisonne pas dans l’inertie nous lui imposerons notre conviction que nous sommes accompagnés, en permanence, par un guide qui sait cerner nos compétences évolutives et qui choisira, avec pertinence et amour, le chemin qui nous convient.

Remarquons que ce n’est pas notre part divine qui est limitée mais notre part humaine qui en est l’agent. Pour cette raison, nous aurons sans doute à servir, essentiellement, une qualité spécifique, qui  constitue le fer de lance de notre identité, et pour laquelle nous avons des dons particuliers qui ont du se manifester, dès notre plus jeune âge. Découvrir cette qualité est  fondamental car elle devra s’exprimer à travers toutes nos actions afin que nous ressentions la joie de vivre, à tous les sens de l’expression.

Paradoxe : Pour trouver cette « aptitude », le plus simple est de se souvenir de nos « bêtises » d’enfant qui ont le plus surpris notre entourage, éventuellement les plus récurrentes.

      En effet, notre immaturité structurelle ne nous permettant pas de servir correctement cette qualité, la répression de nos initiatives avait pour but de la refouler afin de qu’elle ne soit pas exposée,  pendant le temps nécessaire à notre croissance.  Toutefois, quand la protection est gérée par les peurs, elle risque de devenir emprisonnement et le seul antidote, alors, est de faire le pari de la confiance, ce qui est le but de la méthode proposée dans cet ouvrage.

 

Travail personnel suivant l’entretien

L’entretien, je le rappelle, consiste à définir 3 projets,

Ensuite, pour chacun, il convient d’identifier 5 critères qui seraient, d’après leur concepteur, des preuves que les projets sont réussis.

Enfin, on exprimera notre Alliance avec la Vie en précisant l’intérêt de ces projets, pour les Autres (famille, entourage amical et professionnel, inconnus qui croiseront notre route).

Afin que ces réflexions dépassent le stade du divertissement ou de la culture, tous les éléments évoqués ci-dessus doivent être rédigés pendant l’entretien : Environ 1/3 de page par projet.

Il convient de les fixer d’abord en mémoire consciente (comme l’enfant fixe l’alphabet) pour les transférer ensuite dans une zone où l’acquis et l’inné  arrivent à se confondre (l’écrivain utilise l’alphabet sans aucun effort de réflexion)

Le moyen préconisé pour cette mémorisation globale consiste à :

- 1er jour suivant l’entretien : Lire au moins 3 fois le 1er projet EXCLUSIVEMENT

- 2ème jour suivant l’entretien : Lire au moins 3 fois le 2ème  projet EXCLUSIVEMENT

- 3ème jour suivant l’entretien : Lire au moins 3 fois le 3ème  projet EXCLUSIVEMENT

 


Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche