Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 08:33
Un Egrégore, petit rappel, est une force pensée qui, suivant sa nature, peut être agression ou soutien.
       pour en savoir plus je vous propose de consulter la catégorie correspondante rédigée sur ce blog :
http://authenticienne.over-blog.com/article-18561749-6.html#c 

Mais revenons-en à Papa Noël : Tous ceux qui ont cru un certain temps à son existence ont réalisé un jour qu'il n'était que l'expression de l'affection parentale qui semait en nos coeurs la graine de la croyance au "Tout Possible".
Une graine qu'il nous revient ensuite d'arroser régulièrement en n'oubliant pas que les fleurs puis les fruits n'apparaitront que plus tard.
Par moment, on peut avoir l'impression que cette graine s'est fossilisée. Que nous n'arrosons qu'un cailloux.
Notre "prédateur naturel" dysfonctionne et au lieu de repousser les pensées démobilisantes, repousse les pensées tonifiantes.
En fait, ce musicien intime (le prédateur) est un véritable cabot et fait tout pour garder le micro pendant que les 2 autres (créativité et persévérance) attendent que nous leur donnions le signe d'entrer en scène.
"Tu crois au père Noël"  est souvent sa réplique ironique qui n'attend aucune réponse.
Que créativité entre en scène et réponde : OUI.
Je crois au pouvoir de l'Amour qui s'appelle parfois "Père Noël".
Je suis le frère ou la soeur de Papa Noël car, comme moi il a été conçu par mes parents et comme tous les parents ont participé à sa naissance il est le lien de fraternité qui nous relie.
Un lien parfois malmené, parfois déchiré ici ou là mais qui demeure aussi longtemps que la Vie.
Si je me sens seul(e) en cette période, je n'ai qu'à me joindre à d'autres seuls car en les accompagnant je serai accompagné(e).

Papa Noël, Amour inconditionnel car "je n'ai pas été tous les jours très sage" (euphémisme) "et je t'en demande pardon" (sincèrement), Egrégore qui a semé en nos coeurs une espérance sans faille, viens semer à nouveau tes graines de "tout possible" ou porter l'engrais nécessaire pour palier mes négligences passées.
Peut-être que mes parents, trop affaiblis affectivement, n'ont pas compris combien tu pouvais m'enseigner, par tes présents, mon droit à VOULOIR sans me préoccuper des barrières que dresse la raison du moins fort.
Je suis capable aujourd'hui de me parrainer ou marrainer tout(e) seul(e).
Donne moi ce que j'ai le droit de vouloir même si je ne sais plus très bien de quoi il s'agit. Toi, tu le sais.
Tu as la force de l'Egrégore pensée de tout un peuple. D'un souffle léger tu sauras balayer tout ce qui empêche de s'ouvrir la porte du Bonheur que je n'arrive pas à atteindre. Ca commence bien j'ai déjà envie de sourire.

Papa Noël, tu n'es pas un mensonge. Simplement ton apparence évolue avec mes capacités d'accéder à l'invisible.
Ta tenue d'homme couleur rouge devient, avec le temps, un aide-mémoire pour qu'au moins une fois par an je me souvienne que tu attends mes demandes.

Il est né le divin enfant !  Mais oui, bien sûr, il est né.
C'est Lui,  mais encore c'est toi, et aussi c'est moi.
Quelle récrée !

Bonne fête, Papa Noël. Et fais de beaux rêves jusqu'à l'année prochaine.

Françoise-L
Partager cet article
Repost0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 08:03

    Impossible de conclure sur les EGREGORES sans observer les conséquences des affirmations précédentes dans le domaine de la santé :
      
En effet, mon besoin de logique me pousse à accepter
- soit ce dont je comprends les relations de causes à effets,
- soit ce que je constate (et que je ne sais pas encore m'expliquer).
   En effet, dans le cas où l'observation et l'extrapolation théorique semblent en contradiction, je choisis les conclusions de l'observation et recherche l'erreur de raisonnement (insuffisance de données, le plus souvent) qui a pour conséquence la conclusion théorique fausse.

   Tout cela pour évoquer les résultats de l'homéopathie :
   On ne peut éviter d'observer que ces "médicaments" aux dilutions extrêmes, infiniment plus que les liquides "vaisselle" résiduels sur les couverts, ont cependant des effets incontestablement curatifs.
    Effet "placebo"? Sur les adultes, pourquoi pas. Mais sur les enfants tout est placebo.   Ce n'est donc pas l'explication.
    Effet "EGREGORE" ?  Là je vois une piste sérieuse.
    N'oublions pas que les Egregores créés par les Uns peuvent agir sur les Autres et ceci, d'autant mieux que, par le phénomène "Confiance", l'Autre est tout à fait perméable à la force de la pensée des Uns.
    Toutefois, on a vu précedemment que l'effet "confiance", et même "affection", n'est pas un anti-égrégore en soi. C'est vrai sur le plan de la nuisance. C'est donc vrai aussi sur le plan du soutien.
    Ainsi, l'homéopathie, par l'effet de masse de tous ceux qui l'ont chargée du pouvoir de la pensée  "traitement efficace", pensée entretenue tous les jours par des millions d'esprits inconsciemment reliés, génère un EGREGORE qui ne peut être qu'opérationnel et qui se conforte à chacun des résultats positifs qu'il induit.
    Ceux qui ne peuvent en bénéficier sont ceux qui, comme dans les autres cas de résistance, bâtissent des égrégores "opposés" d'autant plus puissants qu'ils ont pour fondation un raisonnement étayé qui a déjà fait ses preuves... Un raisonnement juste.
    Mais un raisonnement sophiste car il manque une information dans leur énoncé : Le pouvoir de la pensée collective.

   Pour ces raisons, quand un élément est chargé du pouvoir d'un EGREGORE qui ne peut vous être que favorable, ne le rejetez pas sous prétexte que cet Egrégore n'est pas visible. Vous ne mettriez pas vos doigts dans une prise de courant électrique. C'est du même ordre.
    Si non comment expliquer les techniques d'électroencéphalogrammes?

  ATTENTION : Je n'ai pas écrit que l'homéopathie doit être un traitement exclusif et suffisant pour toutes les situations.
  Parfois ce sera le cas,
  parfois il interviendra en partenariat avec d'autres techniques,
  parfois il ne pourra être administré ou n'existera pas en la matière.
  Les progrès de la science, bien souvent dérivés d'égrégore diffus appelés "présomptions", ne sont pas des hasards.
  Ce sont des rendez-vous (Comme l'évoquerait Paul ELUARD). 
  N'opposons pas le corps et l'esprit car nous avons une preuve incontestable de leur partenariat paradoxal opportun : Notre Vie.

    A présent,  je considère avoir fait le tour du sujet, le 1er tour d'une vaste spirale, sans doute, mais au moins la base d'une trajectoire que vous pourrez explorer, j'en sème une graine d'égrégore, pour votre plus grand bien, notre plus grand bien.

    A bientôt

Partager cet article
Repost0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 14:44

 Comme Bruno BETTHELEIM l'avait remarqué, le milieu dans lequel nous évoluons, que nous l'ayons choisi ou non, a un effet sur notre comportement qui, lui-même, détermine notre évolution.
 Quand nous traversons des moments difficiles, il est essentiel de différer la question: "Pourquoi" et de rechercher le "Comment" se servir de la conjoncture.

 * La première pensée que nous devons énoncer, puis ancrer en notre esprit, en quelque sorte la gardienne de notre camp, c'est : J'aurai les moyens de franchir ce cap car je recevrai ce dont j'ai besoin et cet enrichissement je le garderai. 
 Afin de donner à celle-ci toute la puissance nécessaire à sa fonction, il est souhaitable de la partager avec un esprit ami, un être cher de l'autre côté de la Vie, un Saint, et ceci tous les matins et(ou) tous les soirs, même brièvement.
 Puis trouver une phrase courte encourageante, comme : "J'ai confiance"  -
 "Chaque instant est mon allié" - " Je suis protégé(e) de la contagion des pensées négatives".
et l'écrire sur un papier, posé en évidence ou affiché, de façon à le lire quotidiennement.
 Une fois que vous l'aurez totalement intégrée, au point que nul ne saurait la fragiliser, vous partagerez cette évidence avec des amis, des parents, des relations et ceci la renforcera.
 Vous aurez ainsi créé un EGREGORE qui sera à la fois votre protecteur et votre meilleur ami.

 Il est essentiel de savoir que les EGREGORES les plus virulents sont les incitations, verbalisées ou suggérées, à l'auto-dévalorisation.
 De plus, nous pouvons en être les co-auteurs, si nous acceptons d'obéir à des peurs qui auraient dû rester nos serviteurs.
 J'avais entendu " Celui, qui veut tuer son chien, dira qu'il a la rage".
Manière symbolique d'exprimer :
  Celui qui veut se débarrasser-plus ou moins consciemment- d'un compagnon de route (conjoint, employé, subordonné, et même, patient...), le convaincra qu'il n'a pas les qualités minima (intellectuelles, morales, ou physiques) requises pour la position qu'il prétend maintenir.
  Les façons de procéder seront soit directes soit sournoises. Elles ont en commun l'expression de la négligence de l'identité de l'autre, la violence d'un comportement irrespectueux.

   Reconnaissant les manoeuvres, et en connaissance des effets de l'auto-dévalorisation (la cause première des maladies), le vaccin est de veiller à ne pas succomber à la tentation de laisser à d'autres la faculté de penser à notre place.
   Modalités pratiques:
   effectuer toutes actions, quel qu'en soit le domaine, ayant pour finalité de maintenir et cultiver notre confiance en notre propre jugement.
  Ensuite on donnera à notre avis personnel la force dont il a besoin pour, si ce n'est s'opposer, du moins résister, en procédant comme il est conseillé ci-dessus (*).
  Et on fera confiance à la conjoncture pour créer les évènements adéquats, à l'instant opportun.
  L'important est de rester dans le jeu jusqu'à la prochaine distribution des cartes, celle qui nous permettra d'affirmer notre personnalité authentique, de pousuivre notre mission de vie.
  A ce moment là, se présenteront nos nouveaux partenaires, ceux qui correspondent à notre savoir faire acquis au cours de l'expérience. C'est alors que nous aurons l'explication du "Pourquoi".

  Les Egrégores, tels des mirages, n'ont de pouvoir qu'à travers l'incapacité de nos propres croyances à les démystifier.
  Unissons nos pensées à celles que nous savons à la fois fortes et bienveillantes à notre égard, et les images que nous redoutions s'effaceront d'elles-même, car nous aurons désillusionné ce qui n'était qu'illusions.

 J'ai cloturé, quant à moi, avec ce 5ème article, mon exposé sur les Egrégores.
 Je confie à vos commentaires le soin d'apporter les précisions que vous jugeriez souhaitables.

 A la prochaine fois.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 11:30

   Corps et Pensées ne peuvent coexister qu'en symbiose. S'ils trouvent un terrain d'Entente, c'est déjà bien. S'ils trouvent un terrain d'Amour, il leur reviendra de le cultiver afin de partager les moissons de ce sol fertile.

   Evoquer que le corps puisse abandonner totalement ses exigences, dans le cadre de son partenariat avec l'esprit, c'est oublier que sans corps il n'y a plus de vie et que sans vie il n'est plus possible de mener à bien une mission qui nous engage au-delà de nous-même.
   Que notre pensée permanente soit : qu'une action réfléchie ne sera engagée que si elle garantit une utilité au moins équivalente à l'amputation qu'elle pourrait impliquer.  
   Ceci est particulièrement vrai quand il est question de renoncer à la Vie. Un sacrifice n'est pas un abandon et encore moins un gaspillage (vient de pillage).
   La fuite n'est pas une attitude répréhensible quand elle est la seule protection efficace, au contraire.
   Mais la fuite ne peut être qu'une stratégie temporaire.
Comme une main que l'on retirerait d'une plaque électrique brulante... le temps que la plaque refroidisse.
Ensuite, s'il faut nettoyer la plaque, il conviendra d'accomplir la tâche qui nous a été confiée.

   L'héroïsme inutile, qui consiste à vouloir accomplir une fonction sans tenir compte de la conjoncture et en prenant des risques mutilants, est plus qu'un manque d'intelligence, c'est un manque de respect.
   Respecte ton corps et celui de l'autre. Respecte tes pensées et celles des autres.
   Si une partie de ton corps est malade, soigne-le et si un acte chirugical s'impose, entreprends-le.
   Qu'il en soit de même pour tes pensées.

   "Aime ton prochain comme toi-même"           signifie :  "Que ta vie soit Amour".
  "Tend la joue droite si on te giffle la gauche"  signifie :  "Ne renonce pas" 
Mais il n'est pas écrit, ce que certains ont parfois l'impression d'avoir lu,
"Aime ton prochain comme toi-même est aimé de lui"
Ni "Fais-toi giffler la joue droite par celui qui t'a gifflé la gauche".

  Quel est le rapport de tout cela avec le sujet "Les Egrégores" ?
  Juste une mise au point, avant de continuer : Le pouvoir que tu accordes à ta pensée ne doit pas porter atteinte à ton intégrité, ne soit-elle que corporelle, ni à celle des autres.
  Réciproquement, Tu ne dois pas accepter que des pensées d'autres portent atteinte à ton intégrité, ne soit-elle que corporelle, et, si la fuite s'avère provisoirement la seule protection il est de ton devoir, tout autant que de ton intérêt et de l'intérêt collectif de choisir cette stratégie. Que cette fuite soit au propre ou au figuré.

  Comment savoir si notre fuite est une stratégie ou si nous obéissons à une peur qui a pris le contrôle de nos pensées ?
  Très simple : Il suffit d'identifier le danger: s'il porte atteinte à notre intégrité, la fuite est la solution d'urgence. Si tel n'est pas le cas, c'est la fuite qui portera atteinte à notre intégrité. 
                                                           

Partager cet article
Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 14:39

     Je souhaite d'abord préciser que la force autonome, émanant du pouvoir de la pensée, peut  se présenter de telle manière que nous ayons l'impression qu'elle est la manifestation spirituelle d'un être cher qui évolue de l'autre côté de la Vie.
     Effectivement, j'ai eu l'occasion de voir, sur une photo de mariage, la présence d'une personne disparue et dont l'absence était ressentie très fortement par tous les participants.
     Je crois qu'il est fort possible que cette pensée collective ait créé cet effet. 

     Est-ce à dire que la personne de l'autre côté de la Vie n'aurait participé en rien à cette fête? Pas du tout. Mais d'une autre manière : elle aurait induit, dans la conjoncture, un évènement que nul n'aurait programmé mais qui aurait été significatif de son comportement, ou de ses désirs, et qui aurait impliqué que l'on pense à elle, générant par voie de conséquence, la création de cet égrégore à son image.

     Je crois en la Vie après la Vie et j'ai eu l'occasion d'en expérimenter des manifestations tangibles dont je ne vous citerai que l'une d'entre elles, pour exemple :
     Un ami, que l'on identifiait en disant: " tu sais celui qui fait toujours des blagues", nous présenta sa dernière révérence un triste jour. Il avait un peu plus de 40 ans.
     Voici comment débuta l'office religieux : " Tant que celui qui m'a caché mon missel ne me l'aura pas rendu, je ne commencerai pas la cérémonie".   Puis le prêtre réalisa immédiatement combien sa remarque était déplacée et, bien entendu, célébra la messe.
     Il est évident que, dans la plus grande tristesse, nous n'aurions jamais pu imaginer une telle situation. N'empêche qu'en cet instant il nous fut impossible de ne pas penser collectivement à cet ami que nous étions en train d'accompagner pour son dernier voyage. 
     
     J'ai croisé d'autres témoins, à priori peu enclins à croire en cette existence de la Vie après la Vie, qui ont révisé leurs croyances au vu de phénomènes d'ordre équivalent.

     Si j'ai écrit cet article, c'est :
      - Pour préciser la différence entre cette entité créée par le pouvoir de la pensée et que l'on appelle "Egrégore" et ces présences spirituelles d'êtres de l'autre côté de la Vie qui peuvent nous accompagner et nous aider à franchir certaines étapes de notre parcours.
      - Pour exprimer que ces être spirituels, parfois spontanément, et toujours, sur notre demande, uniront leurs pensées aux nôtres 
         > soit afin de créer une force-pensée, ou égrégore, pour nous servir
         > soit pour créer une force-pensée capable de faire face à des égrégores, créés par d'autres, dont elle devra d'abord nous protéger puis participer à leur transformation pour qu'ils deviennent paradoxalement nos alliés.

         Mais comment unir nos pensées à celles de ces êtres dont le pouvoir est encore plus fort que celui d'une assemblée d'individus concentrés sur des objectifs partagés:
         Tel sera le sujet du prochain article

Partager cet article
Repost0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 11:01
Dieu peut faire des miracles mais les miracles ne créent pas Dieu.
La Foi est génératrice d'égrégores mais l'inverse n'est pas vrai.

Quelles que soient nos croyances, nous ne pouvons remettre en cause notre capacité à creer la Vie, A créer l'électricité, A creer la communication par l'utilisation d'ondes invisibles qui aboutissent sur des récepteurs que nous avons su composer.
Quelles que soient nos croyances, nous ne pouvons remettre en cause notre capacité à utiliser les matériaux physiques ou psychiques, que nous découvrons, et les organiser pour adapter leur finalité à nos attentes.

En matière d'égrégore, c'est du même ordre.

- Certains en créent pour ce qu'ils estiment être le Bien
- Certains en créent pour ce qu'ils estiment être leur bien
- Certains bénéficient des effets de ceux qui en ont créé pour le Bien
- Certains subissent les effets de ceux qui en ont créé pour leur bien, avec une totale indifférence du sort des autres.  

KOUCHOG WANTCHEN, ermite dans le Tibet Oriental, interrogé par Alexandra David-Neel, lui avait répondu, au sujet du pouvoir des EGREGORES, à peu près ces mots :
" D'après vous, ne pas croire à l'existence de tigres, suffirait-il pour empêcher qu'ils vous dévorent si vous passez à leur portée ? " 
 Mais aussi : " Il faut savoir se défendre contre les tigres dont on est le père et, aussi, contre ceux que d'autres engendrent"

"Les tigres dont on est le père" : Ces pensées négatives qui nous agressent et qui prennent leur source soit dans nos craintes (ou peurs) soit dans nos sentiments de culpabilité qui pourraient être l'effet pervers d'égrégores qui ont atteint les buts que nous leur avions fixés et dont les conséquences nous déçoivent.

"Les tigres que d'autres engendrent" : Ces pensées négatives que d'autres ont créé et qui nous emprisonnent, quand ce n'est nous empoisonnent, dans des sentiments de peur, d'impuissance, de dénigrement de nous-même et de nos valeurs...et, même, de culpabilité nous incitant à nous auto-punir, éventuellement à nous auto-détruire.

Alors, on en fait quoi de ces tigres?

D'abord, on les identifie.
Ensuite, on se met à l'abri, le temps nécessaire à se procurer les moyens de les immobiliser.
Une fois en cages, les apprivoiser, puis, équilibrer le rapport en établissant une relation d'amour ou d'amitié qui nous apportera joie réciproque, paix durable et même certitude d'un soutien inconditionnel.

Le programme vous convient-il?

Evidemment, il manque des détails : Une fois les Egrégores, ou tigres, identifiés, ce qui permet déjà d'être conscient de la menace et de choisir la prudence, comment pratiquer pour les autres étapes ?

Ce sera le sujet du prochain article.

A très bientôt

NB: n'hésitez pas à commenter, à offrir vos solutions de dresseurs émérites, de concepteurs d'égrégores secouristes, gardiens, ...








 
Partager cet article
Repost0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 15:36
Voici plusieurs définitions des "EGREGORES" qui ont un point commun, elles évoquent toutes une force puissante engendrée par la pensée.
"- Force engendrée par un puissant courant spirituel et alimentée ensuite régulièrement.
 - Force puissante créée et maintenue en activité par la pensée dominante d'individus unis dans un but commun
...
La puissance de l'égregore est fonction du nombre de personnes qui le maintiennent et de l'intensité de leur engagement dans le projet commun.

Cette force vivante possède alors une forme d'autonomie et de conscience propre"

On a pu observer les effets de cette force lors de plusieurs expériences volontaires dont je citerai ci-dessous 2 exemples :
- Groupes de prières constitués dans des hopitaux: il a été constaté que les malades pour lesquels on priait, sur leur demande, se remettaient beaucoup plus rapidement et avaient des taux de guérison beaucoup plus élevés que les autres.

Très différente cette expérience en labo:
- initiée par un biologiste sur des rats: Sont confiés à un groupe d'étudiants des rats dits "géniaux". Sont confiés à un autre groupe , des rats dits "débiles".
Chaque groupe observe ses spécimens dans un labyrinthe de difficulté équivalente mais le 1er groupe pense que les cobayes sauront s'en sortir et le 2ème pense que les siens aboutiront à un echec.
Les cobayes du 1er groupe trouvent la solution. Ceux du 2ème groupe, effectivement, restent prisonniers.
En fait, tous ces rats étaient aussi ordinaires les uns que les autres.
La différence était ce qu'en pensaient leurs observateurs-managers.

Dans le 1er cas, la volonté du patient est liée à celle du groupe. Leur force s'additionne.
Dans le 2ème cas, la capacité du "patient" est déterminée par celle du groupe.
Le groupe apporte à son représentant la force de sa confiance.

Alors deux questions se posent :
    Est-il possible à un individu de s'opposer à la force pensée d'un groupe, quand celle-ci lui est nocive, sans quitter le groupe ?  Comment ?
    Est-il possible à un individu d'avoir confiance en lui, en l'autre, en la vie s'il évolue dans un contexte où il est soumis à la pensée permanente inverse ?

    Vous pouvez donner vos réponses en commentaires.
    Les miennes feront l'objet du prochain article ... et des réponses à vos remarques.

    A bientôt
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Françoise-Louise A - M
  • : Méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance. Epanouissement personnel et des collectivités où nous intervenons (familiales, sociales, professionnelles)
  • Contact

Profil

  • Psychologie et Communication
  • Me Praticien en PNL. Parce que le défaut de communication est à l'origine de la plupart des conflits, y compris avec soi-même, J'ai conçu la méthode ACC = Apprendre à Choisir la Confiance

Texte Libre

Recherche